Nigeria : nouveau raid de Boko Haram contre une cimenterie Lafarge

le
0
Nigeria : nouveau raid de Boko Haram contre une cimenterie Lafarge
Nigeria : nouveau raid de Boko Haram contre une cimenterie Lafarge

Des membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram ont attaqué mardi une ville du nord-est du Nigeria puis ont pénétré dans une usine du groupe français Lafarge.

A la mi-journée, des assaillants ont d'abord affronté des soldats stationnés à un poste de contrôle, à la sortie de la ville de Nafada, dans l'Etat de Gombe, avant d'entrer dans le centre-ville. «Ils sont arrivés en grand nombre à bord de camionnettes et sur des motos, ils criaient Allahu Akbar (ndlr. "Dieu est grand" en arabe)», a expliqué Abubakar Galda, un habitant de Nafada, un récit partagé par d'autres témoins et un membre des services de secours.

Selon ces témoins, les forces de l'ordre qui gardaient la route principale, à la sortie de la ville, ont été dépassées par les assaillants. Une fois dans Nafada, les hommes armés «ont fait sauter le commissariat de police avec des lance-roquettes», a rapporté Abubakar Galda. Selon un autre habitant, Awwalu Ibrahim, le siège local du Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir) a également été détruit. Et plusieurs témoins ont dit avoir vu les assaillants cambrioler une banque.

Vols de dynamite dans la cimenterie Lafarge

Ils ont ensuite pris le chemin de la ville voisine d'Ashaka, à 20 km de là, où le groupe français Lafarge a une cimenterie. Ils ont pénétré dans l'usine, a indiqué dans la nuit de mardi à mercredi un porte-parole du groupe. «A l'instant où je vous parle, la situation est stabilisée», a poursuivi le porte-parole. «On ne déplore ni victime ni dégât significatif dans le périmètre de l'usine», a-t-il précisé.

Selon un employé travaillant sur le site, les hommes qui ont fait irruption dans la cimenterie étaient armés. Ils sont arrivés dans des 4x4 et sur des motos, aux alentours de 15 heures (16 heures à Paris). Ils ont volé de la dynamite et ont demandé à être conduits vers les bâtiments où se trouvent habituellement les personnels ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant