Nigeria : massacre à Damasak, attaque de Boko Haram au Niger

le , mis à jour à 09:36
0
Nigeria : massacre à Damasak, attaque de Boko Haram au Niger
Nigeria : massacre à Damasak, attaque de Boko Haram au Niger

Les corps de centaines de personnes ont été découverts jeudi dans la ville de Damasak, au nord-est du Nigeria, apparemment victimes des exactions du groupe islamiste Boko Haram.  «Des corps ont été trouvé dans les maisons, les rues, et encore davantage dans la rivière Damasak dont le lit est à sec», a témoigné un habitant, Kaumi Kusur. Les victimes ont été enterrées dans une vingtaine de fosses communes pendant le week-end, a-t-il précisé. Selon un autre habitant, Mohammed Sadiq, qui a aidé à enterrer ces corps samedi, le bilan pourrait s'élever à plus de 400 morts. De son côté, le gouvernement de l'Etat de Borno a parlé de «centaines» de cadavres.

En mars dernier, à l'issue d'une offensive lancée en novembre, des soldats venus du Tchad et du Niger avaient repris Damasak à Boko Haram. Quelque 200 rebelles avaient alors été tués, de même que 10 soldats, selon une source sécuritaire tchadienne. L'armée tchadienne disait avoir ensuite découvert une centaine de corps dans une fosse commune sous un pont à l'extérieur de Damasak, dont certains avaient été décapités. Un massacre qui pourrait avoir eu lieu en janvier dernier, selon les Tchadiens. Mais selon Kaumi Kusur, le nombre de corps découverts jeudi «dépassait nettement» celui de mars.

Attaque meurtrière au Niger

Après avoir subi plusieurs défaites militaires, le groupe islamiste a mené une attaque meurtrière samedi au Niger sur un camp militaire du lac Tchad. L'armée nigérienne «a perdu 48 soldats et 36 sont portés disparus», selon une source sécuritaire tchadienne. Un élu du sud-est du Niger, région frontalière du Nigeria où l'assaut s'est produit, a quant à lui fait état de «80 soldats tués» et d'une trentaine de disparus, tandis qu'une source proche de l'armée nigérienne mentionnait 100 morts et 17 disparus.

«Il y a eu énormément de pertes» au sein de cette position militaire située à Karamga, une île ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant