Nigeria : le récit épique d'un marin français capturé par des pirates

le
0
Nigeria : le récit épique d'un marin français capturé par des pirates
Nigeria : le récit épique d'un marin français capturé par des pirates

Les victimes kidnappées par des pirates racontent souvent leur difficile captivité sur un ton dramatique. Pourtant, c'est avec le sourire aux lèvres que Benjamin Elman, 38 ans, raconte sa curieuse expérience avec les pirates nigérians.

Le marin français, libéré mardi dans le sud du Nigeria, après avoir été capturé par des pirates, a raconté jeudi avoir eu l'impression de vivre «une comédie» tournée par «des pieds nickelés». Au consulat de France de Lagos, dans l'attente de son vol pour Paris, Benjamin Elman, 38 ans, relate l'attaque des pirates nigérians qui se sont emparés du MT Adour, tanker battant pavillon français, alors qu'il était au mouillage à Lomé dans l'attente d'une cargaison, dans la nuit de jeudi à vendredi.

«J'ai entendu la diffusion générale qui disait de monter à la passerelle, je crois qu'il était deux heures du matin. Tout le monde était allongé par terre, et il y avait quatre ou cinq costauds avec des kalachnikov», raconte le marin aux traits tirés. Les pirates donnent alors l'ordre de rejoindre d'autres hommes postés sur une embarcation au large. «Ils voulaient de la cargaison. Manque de bol, il n'y en avait pas». Le tanker est alors devenu ce qu'on appelle dans le jargon un mother vessel : un navire qui sert à chercher d'autres navires», explique le Français.

Au bout de deux jours, «ils en ont eu marre»

Navigant dans la baie du Bénin, «on a fait route doucement, on essayait de trouver des navires à la dérive, faciles à attaquer... Ils nous ont même fait fabriquer des échelles et des crochets, comme dans les films», raconte Benjamin Elman.

Les ravisseurs «n'étaient pas là pour nuire à l'équipage. Mais on avait le sentiment qu'ils étaient imprévisibles, désorganisés». Au bout de deux jours, «ils en ont eu marre, ils nous ont demandé de les déposer sur la côte nigériane pour pouvoir rentrer et nous laisser partir».

Poursuivis par un bateau de la Marine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant