Nigeria : le président sortant reconnaît la victoire de l'opposant Buhari

le
0
Nigeria : le président sortant reconnaît la victoire de l'opposant Buhari
Nigeria : le président sortant reconnaît la victoire de l'opposant Buhari

Le principal parti d'opposition a revendiqué mardi la victoire de son candidat Muhammadu Buhari face au sortant Goodluck Jonathan à l'élection présidentielle la plus serrée de l'histoire du Nigeria, dont les résultats officiels définitifs ne sont pas encore connus. Dans la soirée, le président sortant a reconnu sa défaite dans un communiqué.

«Je remercie tous les Nigérians, une fois de plus, pour l'immense opportunité qui m'a été donnée de diriger ce pays (...) J'ai transmis mes voeux personnels au général Muhammadu Buhari», a-t-il déclaré.

En milieu d'après-midi, Buhari, ex-général de 72 ans qui fut à la tête d'une junte militaire dans les années 1980 et se présente pour la quatrième fois à la présidentielle depuis le retour du pays à la démocratie en 1999, bénéficiait d'une avance de 2,9 millions de voix sur Jonathan, selon des résultats officiels partiels concernant la capitale fédérale, Abuja, et 31 des 36 Etats du Nigeria, a annoncé la Commission électorale indépendante (Inec).

Cela a suffi au porte-parole du Congrès progressiste (APC), le mouvement de Buhari, pour crier victoire : «C'est la première fois que l'opposition chasse un gouvernement par la voie des urnes dans l'histoire du Nigeria», a déclaré Lai Mohammed. Peu après la revendication de sa victoire par son parti, Muhammadu Buhari a déclaré «Je suis très confiant, merci beaucoup».

Des violences redoutée à l'annonce des résultats

Le vote communautaire et religieux est un phénomène très marqué au Nigeria, pays mosaïque de 173 millions d'habitants, le plus peuplé d'Afrique, majoritairement chrétien dans sa moitié sud et musulman dans sa moitié nord. Muhammadu Buhari, un musulman du nord, a largement devancé Jonathan dans ses fiefs, de 1,7 million de voix dans l'Etat de Kano, le plus peuplé du nord, et de 650.000 voix dans celui de Kaduna. Quant à Goodluck Jonathan, il a été plébiscité dans la région pétrolifère du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant