Nigeria : le président dans le fief de Boko Haram à la rencontre de survivants

le
0
Nigeria : le président dans le fief de Boko Haram à la rencontre de survivants
Nigeria : le président dans le fief de Boko Haram à la rencontre de survivants

«Vous rentrerez bientôt chez vous», a promis jeudi Goodluck Jonathan aux survivants de l'une des attaques les plus meurtrières commises par Boko Haram, accusé par les Etats-Unis et la France de «crimes contre l'humanité». Le président nigérian était en visite à Maiduguri, fief historique du groupe islamiste, où des milliers d'habitants de Baga ont été pris en charge.

C'est la première fois depuis près de deux ans que Goodluck Jonathan, en pleine campagne électorale, se rendait dans le nord-est du Nigeria. Le président sortant, candidat à sa réélection le 14 février, est très critiqué pour n'avoir pas su juguler l'insurrection islamiste qui a étendu son emprise territoriale au cours des derniers mois.

Sa venue intervient dans le sillage de l'attaque de la ville de Baga, dans le nord de l'Etat de Borno, sur les rives du lac Tchad, début janvier, sans doute la plus meurtrière jamais commise par Boko Haram depuis six ans.

«Tous les territoires bientôt repris»

Le président nigérian est arrivé à Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, peu avant 15 heures (même heure à Paris) pour une visite de trois heures organisée dans le plus grand secret. Il était notamment accompagné par le chef d'état-major des armées, Alex Badeh, et escorté par quelque 200 soldats, selon un reporter sur place.

«Je veux vous assurer que vous rentrerez bientôt chez vous», a déclaré le chef de l'Etat qui est allé à la rencontre de déplacés dans un camp de réfugiés. Quelque 5.000 survivants de l'offensive contre Baga et ses alentours y sont actuellement aidés, selon Médecins sans frontières (MSF). «Tous les territoires sous contrôle de Boko Haram seront bientôt repris», a également assuré Goodluck Jonathan à cette occasion. Il a assuré aux militaires présents que le gouvernement continuera à leur fournir les équipements les plus récents «pour de meilleurs résultats».

Le massacre de Baga a été qualifié ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant