Nigeria : le président appelle Washington à l'aide pour combattre Boko Haram

le
0
Nigeria : le président appelle Washington à l'aide pour combattre Boko Haram
Nigeria : le président appelle Washington à l'aide pour combattre Boko Haram

Alors que les combats font rage quotidiennement au Nord-est du Nigéria, le président du Nigeria Goodluck Jonathan demande l'aide des Américains pour combattre les islamistes de Boko Haram. «Est-ce qu'ils ne combattent pas l'EI (le groupe Etat islamique, ndlr) ? Pourquoi ne viennent-ils pas au Nigeria?», déclare-t-il vendredi dans un entretien au Wall Street Journal. «(Les Américains) sont nos amis. Si le Nigeria a un problème, et bien j'attends des Etats-Unis qu'ils viennent nous aider».

Gombe occupée quelques heures. L'appel du président nigérian intervient alors que les combattants de la secte islamiste ont mené un raid, ce samedi matin, sur une grande ville du nord-est du pays. Des centaines d'hommes de Boko Haram ont envahi Gombe, capitale de l'Etat du même nom. Ils ont fait irruption vers 9 heures (heure locale et française), à bord d'une trentaine de pick-up et sur plusieurs motocyclettes, tirant à l'arme lourde. Les assaillants n'ont rencontré aucune résistance des forces habituellement présentes sur place. Ils ont rapidement progressé jusqu'au coeur de cette ville de plusieurs centaines de milliers d'habitants. Gombe a été survolée par un avion militaire, qui n'a cependant tenté aucune riposte contre les islamistes.

Des tracts contre les élections. «Les hommes armés de Boko Haram sont maintenant au rond-point de Jeka-da-Fari, dans le centre-ville, en train de tirer dans tous les sens», a raconté un habitant de Gombe, Ali Dahiru, joint vers 11 heures. Selon lui, ils lançaient également «des tracts appelant les gens à ne pas participer aux élections». Un double scrutin, présidentiel et parlementaire, est prévu le 28 mars, et devrait être suivi le 11 avril d'élections des gouverneurs et des Assemblées des 36 Etats composant la fédération.

«Ils ont pris la caserne». Certains résidents de Gombe ont eu le temps d'évacuer la ville parce qu'ils ont été prévenus de l'arrivée des hommes de Boko ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant