Nigeria : le leader de Boko Haram promet d'empêcher les élections

le
0
Nigeria : le leader de Boko Haram promet d'empêcher les élections
Nigeria : le leader de Boko Haram promet d'empêcher les élections

Plus d'une quarantaine de personnes ont été tuées mardi au Nigeria dans de violents combats et plusieurs attentats. Ces violences meurtrières viennent frapper de nouveau le pays avant les élections cruciales du 28 mars. Le leader de Boko Haram a promis d'empêcher ces élections, prévues le 14 février puis reportées au 28 mars, en raison des attaques du groupe islamiste et de difficultés logistiques. «Cette élection n'aura pas lieu même si nous sommes morts. Même si nous ne sommes pas vivants, Allah ne va jamais vous permettre de faire cela», a déclaré le leader islamiste Abubakar Shekau dans une vidéo diffusée mardi sur Twitter.

Dans le nord-est du pays, région sous la menace constante de Boko Haram, de violents combats ont opposé l'armée tchadienne et combattants de la secte islamiste en fin d'après-midi, sur la route de Maiduguri,capitale de l'Etat de Borno. Selon une source militaire tchadienne, deux soldats tchadiens et «plusieurs» islamistes ont été tués à 90 km de la ville, ancien fief de Boko Haram. Un peu plus tôt dans la journée, une attaque perpétrée par trois kamikazes a fait trente-six morts dans le village de Yamarkumi, à 4 km de Biu, selon une source hospitalière.

Moins de trois heures plus tard, un kamikaze s'est fait exploser à Potiskum, capitale économique de l'Etat de Yobe. L'homme a fait irruption dans un restaurant et y a déclenché sa bombe, tuant le directeur et un serveur, selon diverses sources, qui ont fait état de 13 blessés graves.

Dans le sud du Nigeria, d'autres violences n'ont pas épargné la campagne électorale. En fin d'après-midi, une explosion et des coups de feu ont retenti au cours d'un meeting du principal parti de l'opposition à Okrika, une ville de l'Etat pétrolier de Rivers (sud). Un policier a été tué par balles et un journaliste blessé après avoir été poignardé. Quatre autres policiers ont été grièvement blessés.

Les élections présidentielle et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant