Nigeria : le chef de Boko Haram, toujours vivant, nargue le Tchad

le
0
Nigeria : le chef de Boko Haram, toujours vivant, nargue le Tchad
Nigeria : le chef de Boko Haram, toujours vivant, nargue le Tchad

C'est une mise au point qui lève plusieurs doutes sur les capacités opérationnelles de Boko Haram. Abubakar Shekau, chef historique du groupe terroriste, a démenti avoir été tué ou remplacé par un autre à la tête du groupe islamiste nigérian dans un message audio diffusé dimanche que lui attribuent des experts en sécurité.

«Toute ma gratitude à Allah car grâce à lui, je n'ai pas disparu. Je suis toujours vivant et je ne suis pas mort. Et je ne mourrai pas avant que mon heure soit arrivée, au bon vouloir d'Allah», se vante Abubakar Shekau.

Dans ce message de huit minutes diffusé sur les réseaux sociaux en haoussa, la langue la plus parlée dans le nord du Nigeria, Abubakar Shekau s'inscrit en faux contre les récentes déclarations du président tchadien Idriss Deby Itno. 

Un démenti et des menaces

Le président tchadien avait déclaré mardi soir à N'Djamena que l'organisation islamiste était «décapitée» et que la guerre se terminerait «avant la fin de l'année». Il avait également évoqué un successeur d'Abubakar Shekau, un certain Mahamat Daoud.

«Boko Haram va disparaître avec la mise en place de la force mixte qui sera opérationnelle dans quelques jours», censée mieux coordonner les actions des différentes armées de la région (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger, Bénin), avait-t-il promis.

Le président Deby est «un hypocrite» et un «tyran», dénonce Abubakar Shekau. «On peut lire en effet partout sur les médias mondiaux des infidèles que je suis mort, ou que je suis malade et incapable d'agir et que j'ai perdu mon influence dans les affaires religieuses», dit-il dans cet enregistrement.

«On doit comprendre que c'est faux. C'est un mensonge en fait. Si c'était vrai, vous ne pourriez pas entendre ma voix au moment où je vous parle», ajoute-t-il.

L'authenticité du message a été vérifiée par le groupe d'experts en renseignement SITE et un correspondant AFP familier de Boko Haram estime ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant