Nigeria: le chef de Boko Haram serait mort

le
0
Nigeria: le chef de Boko Haram serait mort
Nigeria: le chef de Boko Haram serait mort

Le chef du groupe islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, «serait mort» après avoir été blessé par balle dans un affrontement avec des soldats, a déclaré l'armée nigériane ce lundi. Selon un rapport des services de renseignements, «Abubakar Shekau, le chef des terroristes de Boko Haram le plus redouté et le plus recherché, serait mort» très probablement «entre le 25 juillet et le 3 août».

Shekau, déclaré «terroriste international» par Washington, a vu sa tête mise à prix 7 millions de dollars (5,3 millions d'euros) par les Etats-Unis.

Le chef islamiste a été blessé par balle le 30 juin au cours d'un accrochage avec des militaires dans un camp de Boko Haram situé dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est du Nigeria, précise le communiqué, signé du lieutenant-colonel Sagir Musa, porte-parole de la force spéciale qui opère dans le Nord-Est contre Boko Haram. Selon lui, Abubakar Shekau aurait été transporté clandestinement au Cameroun voisin pour y être soigné, et il y serait mort.

Cependant le porte-parole national de l'armée, le général Chris Olukolade a précisé que les forces de sécurité cherchaient encore à confirmer de manière définitive la mort de Shekau.

Dans une vidéo transmise à l'AFP le 12 août, Shekau revendiquait de récentes attaques meurtrières contre les forces de sécurité dans le nord-est du pays et affirmait être «en bonne santé». «Vous n'avez pas tué Shekau», lançait-il à l'adresse des forces armées. Mais la date d'enregistrement de ce film n'était pas précisée. Selon l'armée cette vidéo était un «faux», joué «par un imposteur pour tromper ses membres afin qu'ils poursuivent le terrorisme et pour duper les esprits crédules».

Une vaste offensive de l'armée nigériane

L'armée nigériane mène depuis mai une vaste offensive contre Boko Haram dans ses fiefs du Nord-Est où l'état d'urgence a été déclaré. Le 14 août, elle avait affirmé avoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant