Nigeria : la ville de Damasak reprise à Boko Haram

le
0
Nigeria : la ville de Damasak reprise à Boko Haram
Nigeria : la ville de Damasak reprise à Boko Haram

L'offensive des armées du Tchad et du Niger contre Boko Haram porte ses fruits. Lundi, elles ont repris la ville de Damasak, au nord-est du Nigeria, au groupe terroriste. Un premier succès pour cette offensive commune lancée dimanche. «L'offensive a permis de prendre le contrôle de Damasak», ville située à une centaine de kilomètres de la rive ouest du lac Tchad, a déclaré lundi une source sécuritaire tchadienne. D'après cette source, les pertes humaines sont lourdes : quelque 200 combattants du groupe extrémiste ont été tués dimanche, tandis que les autorités tchadiennes faisaient été de 10 tués et 20 blessés parmi leurs soldats.

Une source hospitalière à Diffa, capitale du sud-est du Niger située à une trentaine de kilomètres de Damasak, a de son côté mentionné 33 militaires blessés, sans préciser leur nationalité. Ni le gouvernement ni l'armée du Niger, dont c'est la première incursion en territoire nigérian, n'ont pour l'instant fait de déclarations sur ce succès dans la lutte contre Boko Haram, qui a annoncé samedi son allégeance à Daech. 

La ville était contrôlée depuis le 24 novembre

Boko Haram s'était emparé de Damasak le 24 novembre 2014, tuant une cinquantaine de personnes et en poussant 3 000 autres à fuir, selon le Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU. Les combattants islamistes avaient infiltré la ville en se déguisant en marchands et en dissimulant leurs armes dans des cartons de marchandises. Les soldats nigérians s'étaient alors enfuis au Niger voisin avec une partie de la population, avait raconté un parlementaire nigérian à l'époque.

Les armées nigérienne et tchadienne mènent depuis dimanche une vaste offensive terrestre et aérienne contre Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, à partir du sud-est du Niger voisin. Cette opération marque l'ouverture d'un deuxième front contre Boko Haram au Nigeria : le Tchad mène déjà depuis fin janvier une autre offensive en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant