Nigeria : l'armée affirme avoir localisé les 223 jeunes lycéennes enlevées

le
0
Nigeria : l'armée affirme avoir localisé les 223 jeunes lycéennes enlevées
Nigeria : l'armée affirme avoir localisé les 223 jeunes lycéennes enlevées

L'armée nigériane a affirmé lundi que les 223 jeunes filles enlevées à la mi-avril par le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram avaient été localisées, sans toufefois dire où elles se trouvent. «La bonne nouvelle pour les filles, c'est que nous savons où elles se trouvent, mais nous ne pouvons pas vous le dire», a déclaré le chef de l'état-major des forces armées nigérianes, le maréchal Alex Badeh, devant le QG de la Défense à Abuja. L'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo a par ailleurs rencontré des intermédiaires de Boko Haram pour tenter de négocier la libération des lycéennes kidnappées.

Alex Badeh a fait ces déclarations après s'être adressé à des manifestants qui ont organisé lundi une marche jusqu'au QG de la Défense à Abuja, dernière d'une série de manifestations quotidiennes destinées à maintenir la pression sur le gouvernement. En refusant de dévoiler des détails sur la localisation des jeunes filles enlevées, Alex Badeh a qualifié l'opération «de secret militaire». «Nous travaillons. Nous allons ramener les (jeunes) filles», a-t-il affirmé. 

La crainte de faire des victimes

S'adressant aux manifestants, le maréchal Badeh a expliqué que les militaires avaient été tentés d'envoyer des troupes pour libérer les jeunes filles mais redoutaient de faire des victimes. «Personne ne doit venir nous dire que l'armée nigériane ne sait pas ce qu'elle fait. Nous savons ce que nous faisons. Nous ne pouvons pas nous lancer comme ça», et prendre le risque «de tuer nos filles alors que nous souhaitons les libérer», a-t-il précisé devant la foule.

Le rapt de 276 lycéennes, dont 223 sont toujours captives, mi-avril à Chibok (nord-est du Nigeria), avait créé une immense émotion et entraîné une mobilisation internationale pour les retrouver. Le président nigérian Goodluck Jonathan, critiqué pour son manque de réactivité dans cette affaire, avait exclu récemment tout échange ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant