Nigeria : l'Afrique demande une réaction de l'ONU contre Boko Haram

le
0
Nigeria : l'Afrique demande une réaction de l'ONU contre Boko Haram
Nigeria : l'Afrique demande une réaction de l'ONU contre Boko Haram

Dix-neuf pays africains ont demandé que le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU tienne une réunion d'urgence le 1er avril sur les violences commises au Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram. Le président du Conseil, l'Allemand Joachim Gauck, a reçu dans la nuit de jeudi à vendredi une requête en ce sens déposée par l'Algérie au nom du groupe des pays africains. Une réunion spéciale peut être convoquée à la demande d'au moins 1/3 des Etats membres, soit 16 Etats. Depuis 2006, année de création du Conseil, 22 sessions ont été organisées. 

Cette demande intervient alors que s'est achevée jeudi soir la campagne électorale au Nigeria, géant démographique et économique du continent, à moins de 48 heures d'une présidentielle annoncée comme serrée et sur laquelle plane l'ombre de Boko Haram. Mis à mal dans ses fiefs du nord-est par une opération militaire régionale, la secte islamiste, qui a fait allégeance à Daech, a promis de perturber le scrutin.

«Le front est stable», selon les forces tchadiennes

Boko Haram pourrait toutefois l'organisation pourrait être mobilisée au nord-est par de nouvelles offensives du Tchad. Jeudi en fin d'après-midi, un contingent de 1 500 soldats tchadiens est arrivé dans la ville camerounaise de Mora, proche de bastions du groupe islamiste, selon un correspondant de l'AFP. Les forces tchadiennes ont installé leur quartier général dans un camp de l'armée camerounaise, où ils ont reçu la visite du chef d'état-major général de l'armée tchadienne, le général d'armée Brahim Bâcha. 

«Notre défi, c'est de gagner la guerre contre Boko Haram. On se rapproche très doucement et nous sommes en train d'exécuter ce qui est prévu par le haut commandement», a-t-il ajouté, précisant que «la situation est calme et le front est stable pour le moment».

L'insurrection islamiste et sa répression par les forces nigérianes ont fait plus de 13 000 morts et plus de 1,5 million ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant