Nigeria: huit nouveaux enlèvements de lycéennes, les familles crient leur angoisse

le
0
Nigeria: huit nouveaux enlèvements de lycéennes, les familles crient leur angoisse
Nigeria: huit nouveaux enlèvements de lycéennes, les familles crient leur angoisse

«Le gouvernement devrait réaliser que cela ne serait que le début d'enlèvements plus nombreux et de l'anarchie, s'il ne sauve pas ces filles». Un cri d'alarme qui résume l'angoisse des parents de plus de 200 lycéennes enlevées le mois dernier au Nigeria. Ils ont déclaré mardi que leurs pires craintes ont été confirmées par la vidéo dans laquelle le groupe islamiste armé Boko Haram menace de vendre les adolescentes comme «esclaves».

Dans le même temps on apprenait que huit autres adolescentes, âgées de 12 à 15 ans, venaient d'être enlevées dans le Nord-Est du pays par des islamistes présumés, aux dires des habitants.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a revendiqué cet enlèvement de masse, effectué le 14 avril dans un lycée de Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est). C'est la région d'origine de l'insurrection qui a fait des milliers de morts depuis son déclenchement en 2009. Shekau menace de «vendre (les lycéennes) sur le marché» et affirme qu'elles sont traitées en «esclaves».

«Depuis le début, nous imaginions ce qui pourrait arriver à nos filles aux mains de ces gens abominables. Aujourd'hui, Shekau a confirmé nos craintes», explique Lawal Zanna, dont la fille figure parmi les captives. Ce rapt abominable, qui avait initialement suscité peu de réactions, a fini par faire des vagues à l'étranger. «Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur cette preuve évidente de barbarie», a déclaré lundi la sénatrice démocrate américaine Amy Klobuchar devant ses pairs.

Le chef de la diplomatie britannique a dénoncé des kidnappings «éc?urants» et indiqué que Londres apportait une «aide concrète» au Nigeria dans cette affaire. Vendre les adolescentes s'apparenterait à un crime contre l'humanité, a prévenu l'ONU.

Probablement «vendues» aux jihadistes

Au total, 276 lycéennes avaient été enlevées il y a trois semaines. Plusieurs dizaines ont réussi à s'enfuir mais plus de 220 seraient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant