Nigeria : deux femmes se font exploser sur un marché, au moins 45 morts

le
2
Nigeria : deux femmes se font exploser sur un marché, au moins 45 morts
Nigeria : deux femmes se font exploser sur un marché, au moins 45 morts

Un double attentat a frappé mardi au milieu d'un marché bondé à Maiduguri, grande ville du nord-est du Nigeria et fief historique du groupe islamiste Boko Haram. La police et les pompiers ont été dépêchés sur les lieux pour tenter d'évacuer les blessés. Selon des témoins de l'équipe médicale envoyés sur place, «plus de 45 personnes ont été tuées, dont certaines ont été complètement décapitées». 

«Il s'agit d'attentats-suicides impliquant deux femmes», a indiqué une source sécuritaire de haut rang cette source basée à Maiduguri, sous couvert d'anonymat. Une première bombe de forte puissance a explosé vers 11 heures locales (12 heures en France) dans le très populaire Monday Market. La détonation a retenti dans tout le centre-ville, avant que ne s'élève une épaisse fumée noire. Selon un témoin cité par l'AFP, la bombe était dissimulée dans un tricyle à moteur, un moyen de transport populaire dans le pays. L'explosion a secoué «une zone bondée de monde», selon ce témoin, un marchand installé sur le marché.

Maiduguri, cible de plusieurs attaques de Boko Haram

Un court instant plus tard, alors qu'une foule s'était formée pour porter secours aux victimes, une seconde bombe a explosé sur ce même marché, déclenchée par une femme-kamikaze «qui avait l'air d'avoir 19 ans», selon cette même source sécuritaire. «Cette femme avait attaché des explosifs sur son dos, comme un bébé, et elle s'est frayé un chemin vers le lieu de la première explosion», a déclaré à l'AFP un vendeur de poulet du Monday Market, dans un récit qui concorde avec celui d'autres témoins. 

L'attaque n'a pas encore été revendiquée, mais Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, a été la cible de très nombreuses attaques de Boko Haram. Le 1er juillet dernier, le Monday Market avait déjà été la cible d'un attentat à la bombe attribué à Boko Haram, dans lequel au moins 15 personnes avaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 25 nov 2014 à 18:12

    Des femmes kamikases ou des femmes kamikazées d'office et déclenchées à distance?

  • manx750 le mardi 25 nov 2014 à 17:23

    Là bas, les seins volent bas !