Nigéria : des islamistes attaquent un lycée, au moins 42 morts

le
0
Nigéria : des islamistes attaquent un lycée, au moins 42 morts
Nigéria : des islamistes attaquent un lycée, au moins 42 morts

Quarante-deux personnes, des élèves pour la plupart, ont été tuées dans l'attaque d'un lycée de l'Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, par des hommes armés qui appartiendraient au mouvement islamiste Boko Haram.

«Nous avons reçu les cadavres de 42 élèves et membres du personnel de l'établissement public d'enseignement secondaire de Mamudo, la nuit dernière. Certains avaient des blessures par balle et beaucoup des marques de brûlures», a déclaré Haliru Aliyu, de l'hôpital général de la ville de Potsikum (nord-est). «D'après les témoignages des professeurs et des élèves qui ont survécu à l'attaque, les hommes armés ont rassemblé leurs victimes dans un dortoir, ont jeté des explosifs et ouvert le feu», a expliqué Aliyu.

Haliru Aliyu a déclaré que le personnel de sécurité fouillait les buissons autour de l'école, à la recherche d'élèves blessés ayant fui l'attaque. «Jusqu'ici, six étudiants ont été trouvés et sont maintenant traités à l'hôpital pour leurs blessures par balle», a-t-il ajouté. Mamudo est situé à quelque 5 km de Potsikum, grand centre commercial de l'Etat de Yobe, qui est l'un des foyers de l'insurrection de Boko Haram ces derniers mois.

En représailles à un raid militaire

Un habitant, qui témoigne anonymement, a confirmé le bilan de l'attaque attribuée à Boko Haram. «C'était un spectacle sanglant. Les gens qui se sont rendus à l'hôpital et ont vu les corps ont fondu en larmes. Il y avait 42 corps, des élèves pour la plupart. Certaines dépouilles étaient déchiquetées, d'autres étaient sévèrement brûlées et portaient des impacts de balles», a-t-il raconté. Il précise que l'attaque était imputée à la secte islamiste Boko Haram en représailles à la perte de 22 de ses membres au cours d'un raid militaire jeudi dans la ville de Dogon Kuka.

Selon un officier de police, les hommes armés ont commencé à «tirer sporadiquement avant de mettre le feu au dortoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant