Nigeria : Boko Haram revendique de nouveaux attentats dans une vidéo

le
1
Nigeria : Boko Haram revendique de nouveaux attentats dans une vidéo
Nigeria : Boko Haram revendique de nouveaux attentats dans une vidéo

Le Nigeria tremble toujours au rythme des attaques et des coups de pression du groupe armé Boko Haram. Une fois de plus, les islamistes ont diffusé ce dimanche une vidéo pour se vanter de leurs actes sanglants. Cette fois, le chef du groupe, Abubakar Shekau, revendique des attentats perpétrés le 25 juin à Abuja et Lagos. Mais de nombreux doutes subsistent sur ce dernier. Shekau aurait en effet déjà revendiqué des attaques qu'il n'avait pas directement ordonnées.

 

Selon l'AFP, qui a visionné la vidéo, le chef de la secte assure également son soutien à l'Etat islamique, qui contrôle une partie de la Syrie et de l'Irak, ainsi qu'à Al-Qaïda et aux Taliban afghans : «Mes frères, qu'Allah vous protège», lance-t-il, citant tout particulièrement les chefs respectifs de ces mouvement, Abou Bakr Al-Baghdadi, Ayman Al-Zawahiri et le mollah Omar.

Ironie et moqueries

Sur un ton très ironique, Shekau tient à rectifier au sujet de l'explosion sur le port de Lagos : «Vous avez dit que c'était un incendie accidentel. Vous pouvez vous cacher devant le peuple mais pas devant Allah. (...) C'est moi qui ai donné l'ordre (à un homme) d'y aller et de faire exploser» la bombe. Le même jour, «c'est nous qui avons fait exploser la bombe à Abuja l'immonde», se félicite-t-il. Vingt-deux personnes étaient décédées. Selon des experts cependant, l'attaque a sans doute été menée par une cellule de militants locaux, sans lien étroit avec Boko Haram. Dans la vidéo, il se trompe d'ailleurs sur le nom du gouverneur de l'Etat de Lagos, le confondant avec celui de l'Etat d'Edo.

Dans cette intervention de 16 minutes, Shekau se moque par ailleurs de la campagne «Bring Back Our Girls» (Ramenez-nous nos filles, ndlr) très suivie par nombre de célébrités internationales pour soutenir les familles des 200 lycéennes enlevées le 14 avril à Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Le chef de Boko Haram détourne ensuite le fameux slogan en «Bring ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 13 juil 2014 à 17:20

    Gorilla in the midst