Nigeria : Boko Haram met le nord-est à feu et à sang

le , mis à jour à 18:10
0
Nigeria : Boko Haram met le nord-est à feu et à sang
Nigeria : Boko Haram met le nord-est à feu et à sang

Le nord-est du Nigeria vit en ce moment au rythme des attaques terroristes de Boko Haram. En ce mois saint pour les musulmans, la secte islamiste a multiplié les attentats contre la population musulmane à la fois dans son fief mais aussi jusqu'au coeur du Tchad voisin.

Pour l'Aïd el-Fitr qui marque la fin du mois de jeûne, les terroristes ont encore frappé par l'intermédiaire de trois jeunes mineures kamikazes. Au moins treize personnes ont été tuées et plusieurs blessées vendredi par une triple explosion à Damaturu, la capitale de l'Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria.

Vers 07h15, une première explosion a eu lieu à proximité du terrain de prière avant une seconde explosion à 500 m de là. «Il y a eu une troisième explosion peu après les deux premières dans le quartier de Gomari, pas loin de la mosquée: elle visait des fidèles qui se dirigeaient vers le terrain de prière de l'Aïd», a déclaré Ahmad Adamu, un volontaire chargé de la sécurité qui a porté secours aux victimes.

«Il y a maintenant 13 morts et de nombreux blessés», a-t-il ajouté. L'Etat de Yobe est l'un des trois Etats du nord-est du Nigeria les plus durement touchés par Boko Haram. L'insurrection islamiste et sa répression par les forces nigérianes ont fait plus de 15.000 morts et 1,5 million de déplacés depuis 2009.

Un mois de Ramadan sanglant

Le mois de ramadan a été particulièrement meurtrier cette année, avec notamment des fusillades de fidèles au moment de la prière et des attentats-suicides dans des mosquées. Jeudi en fin de journée, deux bombes ont encore explosé dans la ville de Gombe, au sud de Damaturu, tuant au moins 49 personnes dans un marché où les habitants faisaient leurs courses en vue des célébrations de l'Aïd.

Le nouveau président Muhammadu Buhari, qui a érigé la lutte contre Boko Haram en priorité de son mandat, fait face à une vague de violences depuis son investiture le 29 mai: plus de 700 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant