Nigeria : Boko Haram met Kano à feu et à sang

le
0
Les attentats attribués à la secte islamiste ont fait plus de 250 morts depuis le début de l'année.

«Paix, nous ne mourrons pas». C'est ce que chantent les chrétiens quand ils se rencontrent le dimanche à la cathédrale de Kano. La situation étant très volatile, la deuxième ville du Nigeria est toujours sous couvre-feu. La série d'attentats attribués au groupe islamiste Boko Haram a fait plus de 250 morts depuis le début de l'année. En arrêtant un membre présumé de la direction du groupe et en promettant d'envoyer à Kano dix unités supplémentaires de police antiémeutes, le président Goodluck Jonathan a réagi par la force à la menace terroriste.

«J'ai vu beaucoup de cadavres par terre. Je n'ai pas pu manger pendant deux jours. Je n'aurais jamais imaginé qu'on puisse tirer sur des êtres humains comme sur des poulets», raconte Prince Emmanuel Gonji à la sortie de l'église. Il a perdu sa belle-s½ur dans l'attaque du quartier général de la police, le 13 janvier dernier. Elle avait dans ses bras un bébé de 6 mois qu'elle allaitait encore. Sa famille traum

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant