Nigeria : Boko Haram étend sa terreur au Cameroun

le
0
Nigeria : Boko Haram étend sa terreur au Cameroun
Nigeria : Boko Haram étend sa terreur au Cameroun

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram, qui a proclamé un «califat» dans les zones sous son contrôle dans le nord-est du Nigeria, menace les frontières du Niger, du Tchad et du Cameroun. Cameroun où les jihadistes ont lancé une attaque meurtrière ce lundi contre une base militaire à Kolofata, dans l'extrême-nord pays. «Un groupe (de membres de) Boko Haram a attaqué Kolofata (région de l'extrême-nord) ce lundi matin. Ils ont ciblé notamment la base militaire de la ville», a affirmé sous couvert d'anonymat un officier de police, joint dans la région. 

«Au terme des combats, le bilan est sans appel du côté des assaillants : 143 terroristes tués et un important arsenal de guerre saisi (....) de loin la plus lourde perte subie par la secte criminelle Boko Haram depuis qu'elle a décidé de diriger ses attaques barbares contre notre territoire. Côté camerounais, on dénombre une perte (un caporal), ainsi que quatre blessés», a déclaré dans la soirée le ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary, porte-parole du gouvernement camerounais. «Dès que les populations ont entendu les premiers coup de feu, elles ont fui la ville. Les tirs étaient très nourris», a précisé une source proche des autorités traditionnelles locales.

VIDEO. Après le Nigeria, Boko Haram s'en prend au Cameroun

Des frappes aériennes menées par le Cameroun en décembre

Si le groupe terroriste a déjà attaqué ce secteur à plusieurs reprises ces derniers mois, c'est la première fois qu'il s'en prend à Kolofata depuis que le Bataillon d'intervention rapide (BIR), l'unité d'élite de l'armée camerounaise, s'y est déployé. Le Cameroun a mené en décembre des frappes aériennes contre Boko Haram. Début janvier, dans une vidéo postée sur Youtube, le chef du groupe islamiste Abubakar Shekau s'en est pris au président camerounais. «Paul Biya, si tu ne mets pas fin à ton plan maléfique, tu vas avoir droit au même sort que le Nigeria ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant