Nigeria : Boko Haram a lancé une violente offensive dans son fief de Maiduguri

le
0
Nigeria : Boko Haram a lancé une violente offensive dans son fief de Maiduguri
Nigeria : Boko Haram a lancé une violente offensive dans son fief de Maiduguri

De violents combats opposent depuis dimanche matin l'armée nigériane à des combattants de Boko Haram dans la ville de Maiduguri, fief historique des islamistes, selon l'armée, des miliciens et des habitants. Ces attaques surviennent au lendemain de la visite du président nigérian Goodluck Jonathan dans cette ville du nord-est du pays, dans le cadre de sa campagne électorale.

«Les soldats repoussent une attaque simultanée des terroristes contre Monguno (localité de la région) et Maiduguri», a annoncé l'armée. Selon la même source, une opération aérienne et terrestre était en cours contre les islamistes et un couvre-feu a été imposé à Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno. C'est dans cette grande ville qu'est né le mouvement Boko Haram en 2002 - d'abord une simple secte, qui s'est insurgée en 2009 pour devenir un groupe islamiste armé après l'exécution de son leader de l'époque par les forces de l'ordre.

Des combattants du groupe islamiste ont pris dimanche après-midi le contrôle de la ville de Monguno et de sa base militaire, proches du lac Tchad et  à quelque 130 km au nord-est de Maiduguri.

Une offensive de longue haleine

La crainte d'une offensive islamiste contre Maiduguri planait depuis six mois, depuis que les insurgés ont commencé à conquérir une localité après l'autre (villes et villages) dans l'Etat de Borno, mais aussi ceux voisins de Yobe et d'Adamawa, dans le nord-est du Nigeria. Le 3 janvier dernier, en massacrant des centaines de personnes, Boko Haram avait pris la ville de Baga, à l'extrême nord de l'Etat de Borno, ce qui lui a donné, selon les experts, un avantage stratégique pour marcher sur Maiduguri.

Samedi, le président nigérian, très critiqué pour son incapacité à faire reculer les insurgés qui gagnent sans cesse du terrain, s'était voulu rassurant lors de son premier meeting de campagne à Maiduguri. «Je peux vous assurer que si je suis réélu président, le problème de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant