Nigeria : au moins 2 000 femmes et fillettes enlevées par Boko Haram selon Amnesty

le
0
Nigeria : au moins 2 000 femmes et fillettes enlevées par Boko Haram selon Amnesty
Nigeria : au moins 2 000 femmes et fillettes enlevées par Boko Haram selon Amnesty

Le groupe islamiste armé Boko Haram a enlevé au moins 2.000 femmes et fillettes au Nigeria depuis le début de l'année dernière, estime Amnesty International mardi. L'organisation de défense des droits de l'homme dresse ce bilan alarmant un an après l'enlèvement des 276 lycéennes de Chibok.

Le kidnapping, le 14 avril 2014, de 276 adolescentes du lycée de cette petite ville du nord-est du Nigeria -dont 219 sont toujours portées disparues- a suscité une émotion sans précédent à travers le monde. Mais s'il a été très médiatisé, c'est loin d'être le seul crime de ce type commis par Boko Haram, rappelle l'organisation de défense des droits de l'homme.

Amnesty affirme avoir listé 38 cas d'enlèvement de masse commis par le groupe islamiste, sur la base de nombreux témoignages, notamment de femmes et jeunes filles ayant réussi à s'échapper. «Il est difficile d'estimer combien de personnes ont été enlevées par Boko Haram», mais «le nombre de femmes et de fillettes enlevées est sans doute supérieur à 2.000» assure Amnesty dans un nouveau rapport.

Aucun signe de vie des otages depuis mai 2014

Amnesty cite une source militaire de haut rang, qui affirme que les otages de Chibok ont été séparées en trois ou quatre groupes et gardées dans différents camps de Boko Haram. Certaines d'entre elles se trouveraient dans la forêt de Sambisa, dans l'Etat de Borno, d'autres autour du lac Tchad et dans la chaîne de montagnes qui sépare le Nigeria du Cameroun, et d'autres (environ 70) auraient été emmenées au Tchad voisin. L'armée nigériane a déjà affirmé par le passé savoir où se trouvent les lycéennes, mais qu'une opération de sauvetage serait trop risquée.

On n'a aucun signe de vie des otages depuis la vidéo diffusée en mai 2014 par Boko Haram, qui montrait une centaine de lycéennes voilées, récitant des sourates du Coran. Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a déclaré avoir converti les adolescentes qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant