Nigeria : au moins 120 morts dans un attentat à la grande mosquée de Kano

le
0
Nigeria : au moins 120 morts dans un attentat à la grande mosquée de Kano
Nigeria : au moins 120 morts dans un attentat à la grande mosquée de Kano

Au moins 120 personnes ont été tuées et 270 blessées vendredi dans un attentat à la grande mosquée de Kano, une ville de 10 millions d'habitants au nord du Nigeria, dirigée par l'un des plus hauts dignitaires musulmans du pays. La semaine passée ce dernier avait appelé à prendre les armes contre les islamistes nigérians du groupe armé Boko Haram. L'attaque, d'une extrême violence a eu lieu en pleine prière du vendredi. Un double attentat-suicide a été suivi par des tirs d'hommes armés qui «ont ouvert le feu sur ceux qui tentaient de fuir», selon le porte-parole de la police nigériane

Sur une quinzaine d'hommes armés, quatre ont été tués par la foule en colère et les autres ont réussi à s'enfuir, a précisé la police. Les équipes de secours tentaient vendredi soir de se rendre dans tous les hôpitaux de la zone, a indiqué un responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat. De son côté, un journaliste de l'AFP a compté au moins 92 corps à la morgue d'un seul hôpital de Kano, l'établissement .Murtala Mohammed, où des centaines de personnes tentaient d'identifier les leurs à l'aide de téléphones portables et de lampes torches. Les victimes ont été emmenées dans au moins trois autres hôpitaux de la ville.

Prise de position exceptionnelle d'un dignitaire religieux

La mosquée est accolée au palais de l'émir de Kano, Mohammed Sanusi II, le deuxième responsable musulman le plus important du Nigeria. Vendredi soir, on ignorait où il se trouvait au moment des explosions. C'est dans cet édifice religieux de Kano que l'émir avait appelé la semaine dernière la population du nord du pays à prendre les armes contre les islamistes de Boko Haram.

Il avait fustigé l'incapacité de l'armée à défendre les civils face aux insurgés, qui commettent presque chaque jour des attaques dans leur fief du Nord-Est, mais aussi au-delà, et recourent notamment à des femmes kamikazes. Il est exceptionnel que des dignitaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant