Nigeria-Attentat meurtrier à Gombe; la population continue à fuir Mubi

le
0

ABUJA, 31 octobre (Reuters) - Un attentat à la voiture piégée à un arrêt d'autobus très fréquenté a fait au moins dix morts vendredi à Gombe, capitale de l'Etat du même nom dans le nord-est du Nigeria, ont annoncé les services d'urgence. L'attentat n'a pas été revendiqué. La secte islamiste Boko Haram est considérée comme l'auteur d'une série d'attentats à l'explosif dans la région. Parallèlement, la population continuait à fuir vendredi la ville de Mubi, située dans l'Etat voisin d'Adamawa, mise à sac par Boko Haram mercredi et jeudi. Depuis l'annonce par le gouvernement d'un cessez-le-feu avec Boko Haram il y a deux semaines, dans le cadre des négociations pour faire libérer quelque 200 lycéennes enlevées en avril dernier, les violences se sont intensifiées au Nigeria. A Mubi, les islamistes ont tué des dizaines de personnes brûlé des maisons, dévalisé des banques et planté leur drapeau noir sur le palais de l'émir. Des milliers de personnes ont dû fuir. Selon le coordinateur des services d'urgence de l'Etat d'Adamawa, Haruna Furo, plus de 5.000 personnes ont fui Mubi pour se réfugier à Yola, la capitale de l'Etat. Elles viennent s'ajouter aux 4.000 réfugiés intérieurs qui s'y trouvent déjà. Les conditions sanitaires sont très difficiles. Le manque de toilettes fait craindre le choléra. Emeka Chris Ugo, un concessionnaire automobile chrétien qui a fui Mubi mercredi avec sa femme et ses trois enfants dès le début des combats, a dit craindre une nouvelle guerre civile comme celle du Biafra qui a fait rage entre 1967 et 1970 dans le sud-est du Nigeria, faisant plus d'un million de morts. "Ce que j'ai vu en 1967 est sur le point de se produire", dit-il. (Isaac Abrak; Danielle Rouquié pour le service français, édité par)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant