Nigéria : 2000 soldats tchadiens passent la frontière pour traquer Boko Haram

le
0
Nigéria : 2000 soldats tchadiens passent la frontière pour traquer Boko Haram
Nigéria : 2000 soldats tchadiens passent la frontière pour traquer Boko Haram

Les troupes tchadiennes déployées depuis mi-janvier à la frontière camerouno-nigériane sont entrées mardi en fin de matinée dans la ville nigériane de Gamboru, aux mains de Boko Haram depuis plusieurs mois. C'est la première fois qu'elles pénètrent sur le sol du Nigeria, dont l'armée est très critiquée pour son inefficacité dans la lutte contre le groupe islamiste. Lundi en fin de journée, le Nigeria avait annoncé avoir repris la ville, alors même que l'armée tchadienne avait pilonné pendant trois jours consécutifs les positions islamistes dans la localité.

Ce mardi, l'armée tchadienne a d'abord effectué des tirs d'artillerie et des raids aériens durant près d'une heure, puis échangé des tirs nourris avec les islamistes. Les blindés et les fantassins tchadiens ont alors franchi le pont séparant la ville camerounaise de Fotokol pour entrer au Nigéria. Les blindés tchadiens ont défoncé les obstacles placés sur le pont pour permettre le passage des troupes, qui sont entrées dans Gamboru vers 11 heures (heure locale et française). L'intégralité du contingent de 2.000 hommes environ était entré au Nigeria à la mi-journée, alors que plus aucun tir n'était entendu.

Une élection présidentielle le 14 février

Cette offensive intervient à l'approche de l'élection présidentielle nigériane du 14 février, où le chef de l'Etat Goodluck Jonathan vise un nouveau mandat dans un pays miné par les attentats et les attaques du groupe. Ces derniers jours, l'armée tchadienne avait durement affronté les islamistes sur le territoire camerounais, affirmant avoir tué 123 d'entre eux. 

Début janvier, lors d'une importante offensive, Boko Haram avait pris le contrôle de plusieurs villes longeant la frontière nord-est du Nigeria, multipliant les attaques dans les pays frontaliers et s'aventurant en particulier au Cameroun. La force multinationale censée lutter contre le groupe s'était retirée de sa base de Baga, sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant