Niger: libération de deux Français retenus par des manifestants à Niamey

le
0
Niger: libération de deux Français retenus par des manifestants à Niamey
Niger: libération de deux Français retenus par des manifestants à Niamey

Deux Français ont été relâchés après avoir été retenus dimanche par des habitants de Niamey, au Niger. Ces derniers se disent excédés par les dispositifs de sécurité mis en place aux alentours de plusieurs ambassades étrangères à la suite des attentats terroristes de fin mai dans le nord du pays. Cet enlèvement n'était pas un acte terroriste, contrairement à celui des quatre Français enlevés en septembre 2010 à Arlit, et toujours aux mains d'Al Quaida au Maghreb islamique.

«Nous les avons libérés, ils sont repartis sains et saufs», a déclaré un habitant de Goudel, un des quartiers au coeur des manifestations. «Un des deux Français a été libéré dimanche en fin d'après-midi. Il avait un bras cassé et doit rentrer en France pour des soins», a précisé une source diplomatique. Le second «a été libéré dans la nuit après des négociations engagées par les autorités, qui ont vite pris les choses en main», a souligné la même source diplomatique. Il «a des problèmes au bras et aux côtes et a été admis dans une clinique de Niamey», a commenté cette source.

«Les manifestants avaient enlevé ce couple de français lors d'une manifestation anarchique et ont incendié leur moto», avait déclaré le gouverneur de Niamey, Hamidou Garba.

Des manifestants armés de couteaux et de cocktails Molotov

Des jeunes d'un quartier situé à l'ouest de Niamey, et riverain du fleuve Niger, ont violemment manifesté par milliers dimanche contre les mesures de sécurité qui entravent la circulation à proximité des ambassades, dont celle de France et des Etats-Unis. «Nous sommes très en colère, ces barrières nous empêchent de nous rendre au centre-ville par la voie naturelle. Nos ambulances et corbillards sont obligés de faire de longs détours, a expliqué un habitant. Les protestataires dénoncent les coûts des transports qui ont «doublé» ainsi que les «tracasseries et contrôles sécuritaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant