Niger : «La réadaptation des otages est souvent difficile»

le
0
INTERVIEW - Alors que les quatre ex-otages français viennent d'atterrir en France après trois ans de captivité au Niger, le Pr Louis Crocq, spécialiste en stress post-traumatique, explique les difficultés psychologiques rencontrées par les personnes dans cette situation.

LE FIGARO.- Pourquoi l'état d'otage peut-il durablement perturber un individu?

Pr Louis CROCQ.- Être pris en otage place l'individu dans une situation de faiblesse particulière: il est confronté à la volonté de faire du mal de ses ravisseurs. Pour maintenir les captifs dans une situation de faiblesse et de dépendance, les ravisseurs leur font subir des violences physiques, mais ils les privent aussi de liberté, les empêchent de communiquer avec l'extérieur ou entre eux, restreignent l'accès à la nourriture, à l'eau, aux toilettes... Face à ces brimades, tous les otages ne réagissent pas de la même manière: certains font tout pour rester lucide, d'autres tentent d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant