Niger : la France menacée conjointement par le Mujao et Mokhtar Belmokhtar

le
1
Niger : la France menacée conjointement par le Mujao et Mokhtar Belmokhtar
Niger : la France menacée conjointement par le Mujao et Mokhtar Belmokhtar

Alors que tous deux ont revendiqué les attentats-suicides perpétrés jeudi au Niger, les islamistes du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest) et ceux du groupe de Mokhtar Belmokhtar «Les signataires par le sang» menacent désormais la France ainsi que tous les pays engagés militairement au Mali.

«Nous allons lancer plus d'opérations» au Niger, affirme vendredi le groupe dans un communiqué diffusé sur des sites islamistes. La veille, le porte-parole El-Hassen Ould Khlil, alias «Jouleibib», avait déjà assuré que c'est bien «Belmokhtar qui a supervisé lui-même les plans d'opération des attaques». Ce même Mokhtar Belmokhtar dont on doutait de la mort début mars à cause d'une troublante photo d'un mort, très ressemblant au jihadiste. Alors que l'armée tchadienne affirmait avoir tué celui qui est appelé «Le Borgne» dans le massif des Ifoghas (nord du Mali), le gouvernement français se refusait, lui, à confirmer l'information.

« Nous allons leur faire goûter la saveur de la mort »

Pour le groupe du revenant Belmokhtar, les deux attentats de jeudi, qui ont fait une vingtaine de morts, sont leur «première réponse à une déclaration du président du Niger [Mahamadou Issoufou], inspirée de ses maîtres à Paris, affirmant que les jihadistes ont été écrasés militairement» dans la région affirme-t-il dans un communiqué. Et Mokhtar Belmokhtar menace de «déplacer la guerre (au Niger) si ce pays ne retire pas ses troupes de mercenaires engagées» au Mali. En effet, selon le groupe, qui fait référence au remplacement progressif des troupes françaises par des unités africaines, «la France tente actuellement de fuir et d'engager au Mali des mercenaires à sa place».

«Que la France sache qu'elle n'a réalisé qu'une victoire médiatique dans sa croisade», ajoute-t-il. Belmokhtar précise que son retrait des villes maliennes n'était qu'un «choix imposé par la loi de la guerre et [sa]...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fpelu le vendredi 24 mai 2013 à 12:03

    Mohtar Belmohtar, c'est le frère de Mollah Omar, ils ont une boutique de vente de mobylette à Kaboul.