Nicox : une planche de salut pour un rebond durable

le
0
Xailin est un lubrifiant oculaire commercialisé par Nicox. (© Nicox)
Xailin est un lubrifiant oculaire commercialisé par Nicox. (© Nicox)

Volcan endormi, Nicox est peut-être sur le point de se réveiller. La biotech niçoise ne s’est jamais remise, en Bourse, de l’échec du Naproxcinod en 2010. Elle va pourtant ouvrir une nouvelle page de son histoire le 21 juillet prochain.

L’autorité sanitaire américaine (FDA) rendra alors son verdict sur la commercialisation du Latanoprostene (ex-Vesneo). Ce produit, le dernier rescapé du portefeuille de médicaments «donneurs d’oxyde nitrique» de Nicox, a été développé dans le glaucome et licencié à la société Bausch & Lomb. Cette dernière estime son potentiel à plus d’un milliard de dollars de recettes par an dans le monde, sur lesquelles Nicox percevra 6 à 11% de redevances. 

Un joker sous-valorisé

La biotech aurait alors des ressources pour accélérer le développement de ses deux projets les plus prometteurs : l’un dans la blépharite, maladie ophtalmique, qui pourrait entrer en phase clinique intermédiaire (IIb) dans un an, l’autre, successeur potentiel du Latano­prostene, dans le glaucome (NCX 470), qui entrerait en clinique (phase I) cette année. 

Entre-temps, Nicox aura cédé son activité commerciale en Europe, trop petite pour être profitable avec ses 10 millions d’euros de recettes, et retrouvé son statut de pure société de recherche. L’investissement est risqué. En cas d’avis négatif de la FDA, Nicox sera probablement démantelé ou

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant