Nicolas Sarkozy veut supprimer 350000 postes de fonctionnaires

le
8
Nicolas Sarkozy veut supprimer 350000 postes de fonctionnaires
Nicolas Sarkozy veut supprimer 350000 postes de fonctionnaires

Le président des Républicains Nicolas Sarkozy a émis ce mercredi le souhait de supprimer «300 000 à 350 000 postes» de fonctionnaires en un quinquennat, lors d'une convention de son parti consacrée à la fonction publique. Dans un entretien au Monde, il chiffre le gain attendu à «7 milliards d'euros d'économies».

«Le second objectif, c'est celui de l'égalité», explique l'ex-président de la République qui n'a pas encore officialisé sa candidature à la primaire de la droite pour la présidentielle 2017. «Nous ne pouvons pas accepter les différences de traitement entre le secteur public et privé, c'est une question de cohésion nationale», a-t-il poursuivi devant les membres de son parti.

Le prédécesseur de François Hollande a rappelé les mesures qu'il souhaitait voir adoptées : «Recommencer le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite à l'exception des services de sécurité». Et cette fois, la fonction publique territoriale n'échapperait plus au coup de rabot : l'ex-président entend faire «réformer la Constitution pour imposer» cette règle aux collectivités locales. Impossible d'échapper à cette procédure car, pour l'instant, la libre administration des collectivités est garantie par la Constitution depuis 2004.

Nicolas Sarkozy veut aussi «faire converger le public et le privé sur la retraite. 63 ans dès 2020, 64 ans dès 2025», avec alignement du mode de calcul des pensions, des jours de congés, du «dialogue social interne», suppression des régimes spéciaux, rétablissement du jour de carence dans la fonction publique (un jour d'arrêt maladie non rémunéré), etc.

«Ça veut pas dire que c'est suffisant»

Le chef des Républicains veut aussi «augmenter le temps de travail des fonctionnaires», avec des services publics «au moins aux 35 heures», augmenter «de 25% le temps de présence» des enseignants ; revoir le «carcan» du statut de la fonction publique avec la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jt451 il y a 12 mois

    Pour voir comment ça peut fonctionner ,commençons par supprimer la fonction d' ancien président de la république , renvoyer a leur travail normal les gens mobilisés par nos 3 tristes sires. Le retour d' expérience sera sans doute instructif.

  • charleco il y a 12 mois

    Mon clavier bégaie ou mange des mots et des lettres. Je me demande si ce n'est pas lié à la censure.

  • charleco il y a 12 mois

    Il vise les services publics, pas de tous ces observatoires de ceci et de cela, des agences de ceci et de cela, des comités de ceci et de cela, bref, de toutes ces organisations inutiles et coûteuses dans lesquelles on place les petits copains de gauche et de droite.

  • Spartaku il y a 12 mois

    Sarko devrait ajouter à sa longue liste contre les travailleurs de la fonction publique : diviser les salaires par deux , contrat de 5 ans renouvelable si l'agent est assez malléable , ne jamais tomber malade , obligation d'aller à la messe le dimanche lorsqu'il est d'astreinte , obligation pour un fonctionnaire d'acheter régulièrement les CD de carla bruni même si elle n'en sort pas, taille maxi 1.60m avec ou sans talonnette , avoir des tics permanents .... la liste n'est pas exhaustive ...

  • M3121282 il y a 12 mois

    toujours aussi excité !

  • mucius il y a 12 mois

    On sait ce que valent ses promesses.

  • M9563923 il y a 12 mois

    «les contrôles fiscaux, sauf cas avérés d'illégalités, ne pourront plus porter que sur l'année précédant la vérification, au lieu des trois dernières années». Merci pour les copains qui fraudent, ils pourront encore frauder plus...

  • M9563923 il y a 12 mois

    l'égalité : qu'il commence par lui, les députés, les sénateurs les différents présidents de commissions ect...Que tous ceux qui ont eu affaire à la justice ne puissent plus avoir de mandat, arrêt du cumul.... On en a plein des idées