Nicolas Sarkozy veut changer les règles de la campagne

le
2
Nicolas Sarkozy veut changer les règles de la campagne
Nicolas Sarkozy veut changer les règles de la campagne

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy veut changer les règles de la campagne officielle pour l'élection présidentielle, qui imposent une égalité de parole sur les médias audiovisuels pour tous les candidats en lice et dont il s'estime victime.

"C'est la dernière élection avec ces règles", déclare dans une interview publiée vendredi par Le Figaro le président de la République, candidat à un second mandat.

Il a déjà contesté une autre disposition, l'obligation de déposer au moins 500 parrainages d'élus pour se présenter à la présidentielle, ce qu'il propose de remplacer par des parrainages de citoyens.

Les règles actuellement en vigueur conduisent "à une caricature de la démocratie", explique-t-il dans le Figaro. "Nous sommes dans une égalité formelle qui n'est pas une égalité réelle. Nous aurons une discussion avec les formations politiques représentées au Parlement pour mettre à plat l'ensemble de ces règles et les moderniser."

Depuis plusieurs jours, le président sortant se plaint en toute occasion de l'égalité du temps de parole, qui le place sur le même pied que les petits candidats.

"Je suis engagé dans un combat où, depuis quatre semaines, je suis seul contre neuf candidats", répète-t-il ainsi dans son interview au Figaro.

Lors d'un meeting à Saint-Maurice, dans le Val-de-Marne, il avait raillé jeudi après-midi cette "conception extraordinaire de l'égalité à la française". "C'est neuf contre un et en plus il ne faut pas se plaindre", avait-il ajouté.

Nicolas Sarkozy est au coude à coude avec son adversaire socialiste dans les enquêtes sur les intentions de vote au premier tour mais il est donné largement battu par François Hollande au second.

"Je recommande à tous les observateurs d'attendre tranquillement le résultat du premier tour", dit-il au Figaro. "Ensuite s'ouvrira une nouvelle période. Ce sera une tout autre période. Je passerai de 10% à 50% du temps de parole. Nous nous affronterons enfin projet contre projet, personnalité contre personnalité."

Emmanuel Jarry, édité par Thierry Lévêque

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le vendredi 20 avr 2012 à 00:31

    j'en parle tout de suite à ma plante verte.

  • M6688354 le jeudi 19 avr 2012 à 21:45

    Il veut, il souhaite, il constate. Beaucoup d'élucubrations mais surtout beaucoup de vent comme durant ces 5 années passées !.....