Nicolas Sarkozy, un déjeuner très caustique à Nice

le
0
Nicolas Sarkozy brûle de revenir, selon ceux qui étaient présents autour de la table lors de son déjeuner à La Petite Maison à Nice.
Nicolas Sarkozy brûle de revenir, selon ceux qui étaient présents autour de la table lors de son déjeuner à La Petite Maison à Nice.

On dit qu'il vaut mieux éviter d'être treize à table. Ils étaient donc quatorze autour de Nicolas Sarkozy, lors d'un déjeuner vendredi à Nice, à La Petite Maison. Autour de l'ancien chef de l'État, neuf députés UMP du département des Alpes-Maritimes (Christian Estrosi, Michèle Tabarot, Jean Leonetti, Éric Ciotti, Jean-Claude Guibal, Charles-Ange Ginésy, Lionnel Luca, Bernard Brochand...), un député UDI (Rudy Salles) et quatre sénateurs UMP... Nicolas Sarkozy a ouvert la boîte à gifles et sur un ton caustique a mitraillé les caciques de sa majorité."Trop de chapelles" à son goût entre Génération France de Copé ou Force républicaine de Fillon, sans compter Wauquiez. "Moi, je n'ai jamais fait de courant. Ce que vous faites, les électeurs ne le comprennent pas", lance-t-il, reprochant notamment à Copé d'avoir imaginé de lui faire payer les timbres des lettres de remerciement à la suite du Sarkothon réussi. "Fillon aurait dû être le premier des sarkozystes"

À propos de Copé, il a eu une formule qui se voulait sarcastique : "Il fait bien le job à la tête du parti. On devrait s'en réjouir, parce que pendant ce temps-là il ne fait pas autre chose..." François Fillon en a pris pour son grade à la suite de sa sortie confuse sur le vote FN. "Faudra m'expliquer. Je ne suis pas un expert de la politique. Mais comment peut-on être dans une approche irréconciliable avec moi à propos du FN et dire ce qui a été dit ?" s'est-il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant