Nicolas Sarkozy tire sur le PS, la CGT et des économistes

le
6
NICOLAS SARKOZY TIRE SUR LE PS ET LA CGT
NICOLAS SARKOZY TIRE SUR LE PS ET LA CGT

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a accusé vendredi son rival socialiste François Hollande d'avoir couvert des "pratiques mafieuses" dans certaines fédérations du PS et réfuté toutes les suspicions qui pèsent sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007.

Interrogé sur RTL, le président-candidat s'en est pris en outre une nouvelle fois à la CGT après la mise en garde de son secrétaire général, Bernard Thibault, sur les risques d'"addition lourde" pour les salariés s'il était réélu.

A propos de sa campagne 2007, il a déclaré que ses comptes n'avaient fait l'objet "d'aucune espèce de contestation", une première selon lui.

"Il se trouve qu'à un mois de l'élection de 2012 (...) ça devient un problème extraordinaire. Donc il faudra démontrer quelles sommes n'ont pas été légales", a-t-il ajouté en réponse à une question sur les soupçons de financement frauduleux par la famille Bettencourt après l'incarcération de leur ancien gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre.

Nicolas Sarkozy a redit sa confiance "totale" dans son trésorier de campagne de l'époque, Eric Woerth, déclarant qu'à "l'évidence", il n'avait reçu aucune somme en liquide de Patrice de Maistre.

Il a invité le journaliste à interroger son rival François Hollande "qui a été pendant dix ans premier secrétaire du Parti socialiste, dont les trois premières fédérations sont aujourd'hui sous le coup de procédures judiciaires extrêmement graves."

MENSONGE RÉPÉTÉ

"J'espère que lorsque vous aurez M. François Hollande devant vous, vous lui demanderez pourquoi en dix ans, il a pu laisser la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône avec un système mafieux de financement", a-t-il dit en évoquant ensuite les soupçons qui pèsent sur le fonctionnement d'une autre grande fédération du PS, celle du Pas-de-Calais.

Le candidat socialiste n'a pas tardé à réagir, sur BFM-TV.

"Cela fait partie de cette méthode qui est la sienne, de caricaturer, de dénaturer", a-t-il dit. "J'ai été premier secrétaire du Parti socialiste pendant 10 ans, il n'y a eu aucune procédure judiciaire concernant les fédérations en question. Et d'ailleurs aujourd'hui il n'y a pas de procédures judiciaires concernant ces deux fédérations."

Interrogé sur les critiques de la CGT, Nicolas Sarkozy a mis en cause les permanents du syndicat.

"Le rôle d'un syndicat n'est pas de participer à la vie politique française", a-t-il indiqué en accusant Bernard Thibault d'être "membre du bureau politique du Parti communiste, chacun le sait", alors que l'intéressé a officiellement renoncé à toute responsabilité nationale au sein du parti depuis 2001.

Très combatif, le président candidat a contesté par ailleurs les conclusions d'une étude de l'Ecole d'économie de Paris faisant apparaître que les ménages les plus aisés avaient bénéficié depuis 2002 de baisses d'impôts six fois supérieures à la moyenne des Français.

Il a parlé à propos de l'institut d'un "organisme Théodule dont personne ne connaît ni l'intérêt, ni l'importance, ni la crédibilité", ajoutant qu'"un mensonge répété ne fait pas une vérité". Il a indiqué que le fait que les prélèvements obligatoires avaient progressé sous son quinquennat suffisait à prouver que les riches n'ont pas été favorisés.

Il a enfin démenti avoir qualifié François Hollande de "nul" dans des confidences faites à un journaliste du Monde, évoquant auprès de celui qui l'interrogeait, Jean-Michel Apathie, "la tentation parfois de certains de vos confrères de dire des choses qui sont parfois un peu fâchées avec la réalité."

Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le vendredi 6 avr 2012 à 13:47

    A g-joly1 vous avez ecrit dans une info précédente que la gestion des CE par la CGT etait rigoureuse à 99.99% je vous conseille de lire les rapports de la cour des comptes sur air France, EDF, la SNCF avant de publier des contre-vérites.

  • charleco le vendredi 6 avr 2012 à 13:40

    Ubu ; "fusillez le peuple!"

  • dhote le vendredi 6 avr 2012 à 13:25

    Les chances de Nicolas Sarkozy sont réelles et il faut bien reconnaître qu'il est plus compétent que Hollande qui traine, dans son sillage, les programmes de Mélenchon et Joly.S'il existait un Président parfait ça se saurait mais dans la cas d'espèce il n'y a pas photo.

  • a.guer le vendredi 6 avr 2012 à 12:39

    Il aurait pu aussi tirer sur celui qui a accru la dette nationale dans des proportions inimaginables ...

  • M1625665 le vendredi 6 avr 2012 à 11:13

    Que les 2 antisarko omniprésents lisent Ma.FIA ROSE et après ils pourront rabâcher leurs slogans. Dans ce livre ce sont des faits et non des rumeurs. C'est vrai que le précédent Président de gauche avait été un modèle de vertu: maitresse logée dans le XVIème, bat.arde nourrie logée emmenée en vacances aux frais du contribuable, fils mêlé dans des affaires sordides en Afrique(Papamadit) sur ordre de son père etc etc etc

  • LeRaleur le vendredi 6 avr 2012 à 10:48

    Il devrait être fini avec tous ses mensonges et son incapacité à faire vivre la France comme il aurait dû. Mais malheureusement il gagnera avec 51,5-53,5 % dont 70% des électeurs à leur cœur/corps défendant. Entre la blenno ou la syph on aime mieux la blenno.