Nicolas Sarkozy sur le pied de guerre

le
0
Le chef de l'État prévient la majorité qu'il faudra faire campagne à temps plein, «du lundi au dimanche».

Mardi matin, lors du petit déjeuner de la majorité, Nicolas Sarkozy a campé le décor de la présidentielle, dans une ambiance de veillée d'armes. Très «patte de velours» selon un témoin, il ne s'est pas énervé contre les députés UMP qui avaient manqué à l'appel, la veille, en commission des finances au moment de voter sur un amendement socialiste supprimant la TVA sociale. Il s'est surtout félicité de l'impact de son interview dans le Figaro Magazine , et il a récusé toute «droitisation de son discours». «La gauche et la droite, ce n'est plus le sujet, l'élection se gagnera au peuple», a-t-il expliqué.

Le chef de l'État a aussi justifié son intention, s'il est réélu, de recourir au référendum. «Il s'agit de redonner confiance aux Français au moment où ils ne croient plus en la politique. Il y a de nombreux sujets qui ne peuvent pas être décidés aujourd'hui par les parlementaires», a-t-il expliqué, en avançant l'exemple de la suppression du juge de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant