Nicolas Sarkozy s'offre un bain de foule sur fond d'affaires

le
2
NICOLAS SARKOZY S'OFFRE UN BAIN DE FOULE À NICE
NICOLAS SARKOZY S'OFFRE UN BAIN DE FOULE À NICE

NICE (Reuters) - Nicolas Sarkozy s'est offert un bain de foule lundi à Nice pour sa première sortie publique depuis la révélation des enregistrements de Patrick Buisson et de son placement sur écoute débouchant sur un dossier de trafic d?influence.

Mais l?ancien président de la République, qui participait à l?inauguration de l?Institut Claude Pompidou dédié à la lutte contre la maladie d?Alzheimer, n'a fait aucun commentaire sur ce que son entourage qualifie d'acharnement judiciaire.

Attendu par de nombreux militants et sollicité par les journalistes, il n?a pas répondu aux questions sur les enregistrements de son ancien conseiller, dont il a demandé lundi la condamnation par le biais de son avocat, écartant les micros sur son passage.

Il a cependant fait preuve d?ironie dans le discours qui a suivi une visite de l?établissement sans les médias, en présence notamment de Bernadette Chirac, présidente de la Fondation Claude Pompidou et Christian Estrosi, député-maire de Nice.

Rendant hommage à l?épouse de Georges Pompidou, dont le nouvel établissement niçois porte le nom, Nicolas Sarkozy a notamment plaisanté sur le statut de Première Dame dont "(il) ne sait pas ce que ça signifie exactement".

"Mais vous l?avez compris, je ne rentrerai dans aucune polémique", a-t-il ajouté.

Evoquant la maladie d'Alzheimer, Nicolas Sarkozy a indiqué qu'elle n'était "ni de gauche ni de droite" et qu?il était "très heureux" que le gouvernement poursuive le plan "que nous avons initié".

"J?aime voir cette maison en plein coeur de ville, je souhaite que ce type d?établissement puisse se développer (?) Ce qui se joue ici c?est une part d?humanité de notre société", a-t-il souligné.

"Je n?ai pas lu le discours que vous m?avez préparé", s?est-il également amusé devant son auditoire après avoir exprimé "des v?ux de santé et de bonheur" à Jacques Chirac.

"Beaucoup de Français pensent à lui, dites-lui que je suis de ceux-là", a-t-il déclaré à l?intention de Bernadette Chirac.

L'épouse Jacques Chirac n?a pas non plus voulu commenter les différentes affaires autour de Nicolas Sarkozy. "Ce sont des sottises", a-t-elle dit à des journalistes.

(Matthias Galante, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le lundi 10 mar 2014 à 18:26

    La foule aime les ma-fieux et les bandits.

  • M3435004 le lundi 10 mar 2014 à 18:11

    Et toi Pépère le casqué, prêt pour un petit bain ? Avec sifflets, huées, et compliments chaleureux d'une foule ravie de ta présence ?