Nicolas Sarkozy s'efforce de remobiliser ses troupes

le
4
NICOLAS SARKOZY S'EFFORCE DE REMOBILISER SES TROUPES
NICOLAS SARKOZY S'EFFORCE DE REMOBILISER SES TROUPES

par Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy s'est efforcé mardi de remobiliser ses troupes et d'apaiser leurs inquiétudes à l'approche de l'élection présidentielle du printemps, deux jours après avoir annoncé à la télévision une dernière salve de réformes.

Le chef de l'Etat avait réuni au Palais de l'Elysée les parlementaires de l'UMP et des autres partis de la majorité, alors que de nouvelles spéculations sur une accélération de son entrée en campagne agitent de nouveau celle-ci.

Le député UMP Renaud Muselier a trouvé le chef de l'Etat "plus candidat que président" et "très déterminé".

"Je pense qu'il est prêt et je pense que son rôle de président, s'il l'assume à fond, le bloque un peu dans quelques réponses à faire à ses détracteurs", a ajouté cet élu.

"Il dit qu'il meurt d'impatience, qu'il piaffe littéralement", a renchéri son collègue Christian Vanneste.

Un sentiment alimenté par Nicolas Sarkozy lui-même.

"Je suis déterminé comme jamais. Si ça ne tenait qu'à moi, cela fait longtemps que je remettrais les points sur les 'i'", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés sur son compte Twitter par la sénatrice UMP Chantal Jouanno.

Il n'a pas pour autant dévoilé le calendrier de l'officialisation de sa candidature.

"Parfois, l'attente fait monter le désir", a-t-il dit, selon le député Sébastien Huyghe, à des parlementaires qui, pour beaucoup, sont impatients d'en découdre.

Le chef de l'Etat a en revanche invité les parlementaires de la majorité à oublier leurs états d'âme et à faire bloc derrière lui et ses dernières propositions.

Les élus ont notamment demandé des clarifications sur la hausse de 1,6 point de TVA pour financer la protection sociale et, surtout, sur l'augmentation de 30% des droits à construire pour accroître l'offre de logements, qui inquiète les maires.

UN "SUICIDAIRE" EN PLEINE FORME

Selon des participants, le député-maire UMP de Maison-Alfort, Michel Herbillon, a mené la charge contre cette dernière mesure en invoquant les risques de mécontentement chez ses administrés. Le chef de l'Etat a répondu que les maires restaient libres d'utiliser ou non la mesure annoncée, non sans leur lancer une mise en garde sibylline.

"Le mandat unique nous pend au cou comme le sifflet à l'arbitre", a dit le chef de l'Etat, cité par Chantal Jouanno.

Christian Vanneste a pour sa part demandé à Nicolas Sarkozy pourquoi il n'avait pas lancé la "TVA sociale" en début de mandat, plutôt qu'à trois mois de l'élection présidentielle.

Le chef de l'Etat lui a répondu que la crise économique et financière lui avait offert une opportunité : "C'est en raison même de l'importance de la crise que je peux parvenir à faire passer des idées qui ne seraient pas passées s'il n'y avait pas le contexte de la crise", a-t-il dit, selon cet élu.

Nicolas Sarkozy a adopté avec les parlementaires un ton "professoral" bien différent de celui qu'il avait dimanche soir à l'adresse des Français et n'a pas hésité à "taper du poing sur la table", a également raconté Christian Vanneste.

"Le président nous a reçus pour remettre un peu les pendules à l'heure et demander qu'on soit tous unis derrière ses propositions", a ainsi déclaré le député UMP Bernard Debré.

"Ce n'était pas de la calinothérapie, c'était beaucoup plus dur, c'était 'je vous demande de vous mettre en ordre de bataille et que les états d'âme cessent devant l'urgence de la situation de notre pays et de l'élection présidentielle'."

Nicolas Sarkozy s'en est notamment pris implicitement au député Lionnel Luca, chef de file de la Droite populaire, l'aile la plus conservatrice de l'UMP, qui a estimé que la hausse de TVA ne relevait pas du courage mais "du suicide politique".

"On me dit suicidaire. Je suis le suicidaire le plus en forme de France", a-t-il dit.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M867321 le mardi 31 jan 2012 à 17:21

    Tous des "bénis-oui-oui" ces UMP ! Pas un pour ruer dans les brancards et remettre les points sur les i à cet illusionniste ? ils vont tous au casse-pipe et c'est surtout cela qui les inquiète...Tant pis pour eux !

  • marconge le mardi 31 jan 2012 à 17:21

    Va avoir du boulot.

  • M6486201 le mardi 31 jan 2012 à 17:16

    Quand on soutient un candidat comme PORCINET SUDORIPARE on ne peut pas traiter Sarko de nain

  • M3101717 le mardi 31 jan 2012 à 17:08

    Bon courage le nain !!