Nicolas Sarkozy s'attend à des dissidences chez Borloo 

le
0
L'Élysée se montre désormais intraitable avec les borlooistes. L'entourage du chef de l'État escompte, avant la fin du mois, des ralliements d'élus du Parti radical.

Le 8 juin dernier, à l'Élysée. Nicolas Sarkozy reçoit le député du Parti radical Yves Jégo. Déçu du sarkozysme, l'ancien secrétaire d'État à l'Outre-Mer, qui a rejoint Jean-Louis Borloo, multiplie les déclarations critiques à l'endroit de l'UMP et du gouvernement. Dans le bureau présidentiel, l'ambiance est glaciale. «Je suis à l'intérieur (du clan Borloo, NDLR). C'est pour t'aider au bon moment», commence Jégo, qui cherche à donner des gages. «Si tu me prends pour un imbécile, tu vois, la porte, c'est par là…», répond le chef de l'État, excédé. «L'entretien a failli tourner court au bout de douze secondes, rapporte un ami du chef de l'État, qui s'est fait raconter la scène. Nicolas était très, très fâché. Beaucoup de ceux qui ont rejoint Borloo l'ont fait pour se redonner une valeur politique. Mais ce stratagème ne marchera plus.»

Voilà comment les francs-tireurs sont désormais traités à l'Élysée. Sarkozy ne supporte plus les allers et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant