Nicolas Sarkozy reprend la main sur la valeur travail

le
0
VIDÉO - Le chef de l'État a affirmé qu'il ne «cèderait pas» sur la question du versement de primes aux salariés dans les entreprises distribuant des dividendes à leurs actionnaires.

Pendant la campagne présidentielle de 2006, c'est ici qu'il s'était adressé à «la France qui souffre» et avait vendu son «travailler plus pour gagner plus». Cinq ans après, Nicolas Sarkozy s'est de nouveau rendu à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, pour y visiter une fonderie. Renfilant son costume de «président du pouvoir d'achat», il a voulu reprendre la main sur la valeur «centrale» du travail dans un département sinistré par la crise, et flanqué d'un taux de chômage de 11,2% selon l'Insee, soit seulement un demi-point de moins que lors de sa dernière visite.

Après une série de déclarations ministérielles discordantes sur le versement de la future prime aux salariés des entreprises versant des dividendes, le chef de l'État a affiché sa détermination. «Je ne céderai pas, je ne suis pas quelqu'un qui change comme une girouette», a-t-il lancé. «Il faut que dans toutes les entreprises, les salariés aient le sentiment qu'on tient compte de l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant