Nicolas Sarkozy promet plus de sécurité en Guyane

le
0
NICOLAS SARKOZY PROMET PLUS DE SÉCURITÉ EN GUYANE
NICOLAS SARKOZY PROMET PLUS DE SÉCURITÉ EN GUYANE

par Emmanuel Jarry

CAYENNE (Reuters) - Nicolas Sarkozy a annoncé samedi à Cayenne un renforcement des dispositifs de sécurité en Guyane française, notamment contre les chercheurs d'or illégaux et la criminalité violente, deux maux persistants de ce département d'outre-mer (DOM).

Une façon pour le chef de l'Etat, en visite à l'état-major de l'opération Harpie lancée contre l'orpaillage clandestin en 2008, de répondre aux critiques émises lundi sur ce thème par le candidat socialiste François Hollande, de passage en Guyane.

Un règlement de compte entre chercheurs d'or illégaux brésiliens a fait neuf morts vendredi, près de la frontière de ce DOM avec le Surinam, et illustré une escalade de la violence qui a coûté la vie à un militaire français en juillet 2010.

Quelque 1.100 gendarmes et soldats français sont mobilisés en permanence contre cette activité encouragée par l'explosion des cours de l'or, qui recourt à des réseaux complexes de sortie du métal précieux du territoire guyanais et de ravitaillement en nourriture, en carburant et en matériel.

Les responsables de Harpie évaluent à environ 5.000 le nombre de clandestins impliqués à tout moment en territoire guyanais, avec des acteurs de plus en plus déterminés et violents, désormais équipés d'armes de guerre, et causant d'importants dégâts à l'environnement.

En trois ans, le nombre d'actions lancées chaque année par les militaires français contre des chantiers illégaux a pratiquement doublé, passant de 2.322 en 2009 à 4.127 en 2011.

Lors de sa visite à l'état-major de Harpie, samedi après-midi, Nicolas Sarkozy a fait état d'une diminution des chantiers actifs, passés de 110 en 2008 à 80 fin 2010, et d'un recul des surfaces déforestées, de 560 ha en 2008 à 87 en 2010.

ORPAILLAGE ILLÉGAL CONTENU MAIS PAS ÉRADIQUÉ

Cette diminution des surfaces déforestées pourrait cependant aussi s'expliquer par la tendance des orpailleurs illégaux à exploiter désormais l'or primaire sans défricher, à l'abri de la canopée, pour échapper au repérage aérien.

De l'aveu des autorités françaises, si l'opération Harpie a permis de contenir le phénomène, elle est très loin encore de l'avoir éradiqué, malgré la saisie de tonnes de matériel.

"C'est 200 pirogues, 400 moteurs, 200 quads, 300.000 litres de carburant mais seulement 12 kilos d'or saisis chaque année, alors qu'on estime la sortie d'or illégal à cinq à dix tonnes par an", a dit à Reuters le préfet de Guyane, Denis Labbé.

"Cela prouve qu'il y a un flux continu de sortie de l'or illégal et qu'il nous faut affiner nos renseignements", a-t-il ajouté. "Nos opérations permettent de réduire le nombre de chantiers mais pas suffisamment et il faut arriver à mieux connaître certains circuits, notamment ceux de sortie de l'or."

Nicolas Sarkozy a demandé une intensification des opérations de renseignement et une accélération de la destruction des installations des orpailleurs clandestins - en grande majorité Brésiliens mais souvent entrés en Guyane par le Surinam - afin qu'ils n'aient plus le temps d'amortir leur matériel.

Le chef de l'Etat a aussi annoncé plusieurs mesures pour renforcer la lutte contre la délinquance, souvent très violente, dans ce territoire de 83.500 km2 et de plus de 220.000 habitants - augmentation de 20% du nombre de patrouilles dans les rues de Cayenne, doublement des effectifs des brigades anti-criminalité, envoi de 60 gendarmes supplémentaires, création d'une brigade de prévention de la délinquance juvénile, etc.

DUEL À DISTANCE

"J'espère que chacun va bien comprendre que nous ne sommes pas ici pour plaisanter", a dit Nicolas Sarkozy, qui était venu trois fois en Guyane lorsqu'il était ministre de l'Intérieur entre 2002 et 2007, et dont c'est la troisième visite dans ce département depuis qu'il est président de la République.

Il a fait valoir que les effectifs de la police avaient augmenté de 50% en Guyane depuis 2002 et ceux de la gendarmerie de 20%. Selon lui, la Guyane a un gendarme pour 450 habitants, hors opération Harpie et sécurité du centre spatial de Kourou, alors que la moyenne nationale est de un pour 1.000.

Nicolas Sarkozy, probable candidat à sa propre succession, a ainsi poursuivi son duel à distance avec François Hollande à trois mois de l'élection présidentielle.

Lors de son bref séjour à Cayenne, lundi dernier, le candidat du PS avait brocardé la politique du chef de l'Etat en matière de lutte contre l'insécurité.

"On vous a fait des promesses, je ne sais plus qui mais on va le retrouver", avait déclaré le dirigeant socialiste aux habitants d'un quartier défavorisé.

"J'ai entendu votre appel et vous n'aurez pas besoin de dix ans pour me retrouver et me demander ce que j'aurai fait", avait-il ajouté. "Nous l'aurons fait avant, avec vous, et nous mettrons tous les moyens nécessaires."

Edité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant