Nicolas Sarkozy promet 900 millions d'investissements aux Corses

le
1
NICOLAS SARKOZY PROMET 900 MILLIONS D'EUROS D'INVESTISSEMENTS AUX CORSES
NICOLAS SARKOZY PROMET 900 MILLIONS D'EUROS D'INVESTISSEMENTS AUX CORSES

par Emmanuel Jarry

AJACCIO (Reuters) - Nicolas Sarkozy a promis vendredi aux Corses près d'un milliard d'euros d'investissements sur les cinq prochaines années, dont 500 millions pour l'approvisionnement de leur île en énergie.

Le président, candidat à un second mandat, a toutefois averti lors d'un meeting électoral à Ajaccio que ce soutien devait aller de pair avec la lutte contre une violence jugée endémique.

"Je ne viens pas ici faire le touriste", a-t-il lancé - une pique contre les autres candidats à l'élection présidentielle qui l'ont précédé dont le socialiste François Hollande.

Nicolas Sarkozy a promis, s'il est réélu, la signature dès 2012 d'une nouvelle tranche de 400 millions d'euros du Plan exceptionnel d'investissements (PEI), à engager sur le prochain quinquennat.

Le PEI, qui a dix ans, est destiné à aider la Corse à surmonter ses handicaps - relief montagneux, insularité, déficit en équipements et services collectifs... Il est financé à 70% par l'Etat et à 30% par des maîtres d'ouvrages locaux.

Afin que les nouveaux emplois bénéficient d'abord aux entreprises et salariés corses, 10% de la dernière tranche, soit 40 millions d'euros, financeront un "programme exceptionnel de formation", a précisé Nicolas Sarkozy.

Il a également promis de sécuriser l'approvisionnement de la Corse en énergie, en particulier en gaz naturel, à partir de 2018, pour faire tourner les deux centrales thermiques de l'île.

Le gouvernement soutient le raccordement de la Corse au futur gazoduc franco-algérien. Mais celui-ci dépend de la bonne volonté de partenaires italiens et algériens qui "tardent à concrétiser leurs engagements", a dit Nicolas Sarkozy.

"J'ai donc décidé de lancer un autre projet pour alimenter la Corse en gaz naturel liquéfié à partir d'une barge qui sera installée au large de sa côte Est", a-t-il ajouté.

IDENTITÉ MAIS PAS INDÉPENDANCE

Le président a cependant souligné que le développement économique de cette île de près de 300.000 habitants avec le soutien de l'Etat n'allait pas sans lutte efficace contre la violence.

Il a, à ce propos, de nouveau renvoyé dos-à-dos criminels de droit commun et poseurs de bombes indépendantistes, "si peu convaincus de la force de leurs idées qu'ils voudraient les imposer par les armes, par les attentats et par les cagoules".

"Quand on met une cagoule on est un lâche", a dit le chef de l'Etat, qui a assuré qu'il n'y aurait "pas de pardon, pas de pitié" pour les auteurs de violences quels qu'ils soient.

Il a été particulièrement sévère pour les indépendantistes armés qui n'ont, selon lui "rien à voir avec l'identité de la Corse", sont "étrangers à la société qu'ils prétendent incarner" et sont des "usurpateurs" sans courage ni culture.

Nicolas Sarkozy a réaffirmé après une réunion sur la sécurité en Corse qu'il entendait lutter contre l'omniprésence des armes dans l'île.

Le président s'est dit favorable à l'enseignement de la langue et de l'histoire corse dans les écoles de l'île. Il a promis la création d'une agrégation de corse.

"Il y a une identité corse qui sera reconnue par la République française, à l'intérieur de la République française, qui n'a pas à avoir peur de l'identité de la Corse", a-t-il dit.

"Je ne veux pas laisser ce patrimoine à des gens dont le projet est de s'abriter derrière pour plaider pour une indépendance dont personne ne veut sur l'île", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat a redit qu'il s'opposerait au remplacement du français par le corse dans les textes officiels et aux guichets des services publics. Il n'a en revanche pas exclu de revenir sur la question sensible du statut de l'île, à condition que l'initiative vienne des élus corses eux-mêmes.

"Je propose que l'on examine d'abord ensemble ce qui peut être entrepris dans le cadre constitutionnel actuel", a-t-il dit. "Si les élus corses me démontraient que le développement de la Corse était entravé pour des raisons constitutionnelles, alors nous en discuterions. Je ne veux pas fermer la porte. Je ne veux pas l'ouvrir non plus (...) Cette question est ouverte. Je ne prendrai pas l'initiative."

En juillet 2003, ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy avait essuyé un revers avec la victoire du "non" à un référendum local sur un nouveau statut.

Edité par Matthias Blamont

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • deforge3 le samedi 14 avr 2012 à 12:06

    pas un rond dans les caisses et il fait encore des cheques. il prepare le terrain de ses amplettes immobilieres futures de retraité en corse.