Nicolas Sarkozy plaide la décrispation en Nouvelle-Calédonie

le
0
Lors d'une visite sans fausse note sur le «caillou», le chef de l'État a multiplié les gestes d'ouverture aux indépendantistes sans cacher son hostilité à l'indépendance.

De note envoyé spécial en Nouvelle-Calédonie.

Pour incarner l'apaisement, l'équité ou le dialogue, la Nouvelle-Calédonie est un excellent laboratoire. C'est visiblement ce dont s'est convaincu Nicolas Sarkozy au cours des deux jours et demi qu'il a passés sur le «caillou». De fait, sa visite aura sans doute été la plus consensuelle depuis la crise politique des années 1980. Contrairement à ce qui s'était passé pour ses prédécesseurs, aucun incident n'a interrompu le cours de son voyage, aucune contre-manifestation n'a été menée par les partisans les plus radicaux de l'indépendance.

Discours gaullien

Nicolas Sarkozy, qui a eu son meilleur score outre-mer en Nouvelle-Calédonie au second tour de la présidentielle de 2007 (62,89%) - juste après Nice dans la métropole - a été accueilli dans une ambiance studieuse, mais sans explosion d'enthousiasme. Contrairement à Jacques Chirac en 2003, le chef de l'État n'a pas fait de grand discours sur la place des Coco

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant