Nicolas Sarkozy piégé par sa stratégie, challenger comme jamais

le
13
Nicolas Sarkozy piégé par sa stratégie, challenger comme jamais
Nicolas Sarkozy piégé par sa stratégie, challenger comme jamais

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy, devancé dimanche par son adversaire socialiste au premier tour de l'élection présidentielle, a été pris au piège d'une stratégie visant à séduire les voix d'extrême droite et sa réélection le 6 mai paraît plus que jamais compromise.

François Hollande a en revanche gagné son pari, arriver en tête, et le score plus faible qu'attendu du candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon lui donne les coudées plus franches.

Avant même le verdict du second tour, l'ensemble du paysage politique français a commencé dimanche sa recomposition.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur sur la base de 99% des inscrits, le candidat socialiste devancerait le président sortant de 1,55 point (28,63% contre 27,08%) et les cinq candidats de gauche cumuleraient environ 44% des suffrages.

Les instituts Ipsos, Ifop et CSA donnaient dimanche soir la "tortue" Hollande largement vainqueur au second tour du "lièvre" Sarkozy avec 54% à 56% des suffrages.

Les partisans du chef de l'Etat se raccrochent à l'idée d'une campagne de second tour réduite à un duel en forme de blitzkrieg et aux qualités de débatteur de leur champion pour "débusquer" les faiblesses de François Hollande.

"A nous de le pousser très loin pour l'amener à cafouiller", confie le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, cheville ouvrière de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Le chef de l'Etat a demandé dimanche trois débats télévisés sur les questions internationales, économiques et sociales, et de société entre les deux tours, au lieu d'un comme c'est la tradition. "Nul n'aura le droit de se dérober", a-t-il dit. "Le moment crucial est venu, celui de la confrontation des projets et du choix des personnalités."

Réplique de François Hollande en forme de fin de non-recevoir : "Il y aura un débat qui prendra le temps nécessaire. C'est la tradition de la Ve république. Ce n'est pas parce qu'il va mal qu'il faudrait changer la règle."

ÉCHEC DE LA LIGNE BUISSON

Nicolas Sarkozy, seul président sortant de la Ve République à ne pas sortir en tête du premier tour du scrutin présidentiel, a perdu un autre pari : "siphonner" les voix du Front national comme il avait réussi à le faire en 2007.

La candidate du FN, Marine Le Pen, donnée à 18,1% des voix, fait près de deux points de mieux que son père, Jean-Marie, en 2002 et presque deux fois mieux que lui en 2007.

"Elle fait une percée dans des catégories où le FN était peu présent - salariés du public et du privé, communes rurales et 35-49 ans", souligne Frédéric Dabi, de l'Ifop.

Pour Stéphane Rozès, président de Conseils, analyses et perspectives (CAP), cela signe l'échec de la ligne Patrick Buisson, conseiller du chef de l'Etat venu de la droite de la droite, qui semble l'avoir emporté sur Henri Guaino, "plume" et conseiller spécial du président sortant.

"C'est Henri Guaino qui avait raison", souligne Stéphane Rozès. "On ne récupère pas l'électorat du FN en allant sur ses terres, en reprenant ses thématiques."

Une analyse partagée par l'ancien porte-parole de l'UMP Dominique Paillé, revenu dans le giron du Parti radical, pour qui "la seconde place de Nicolas Sarkozy et la percée de Marine Le Pen démontrent que la stratégie du président sortant de faire une campagne à droite toute n'était pas la bonne formule".

Résultat : le chef de l'Etat, qui veut rassembler entre les deux tours, devra faire le grand écart entre centre et droite.

"Je pense que Nicolas Sarkozy va faire un entre-deux tours à droite mais du coup il perd le centre", estime Stéphane Rozès.

Nicolas Sarkozy en a donné un avant goût dimanche en affirmant comprendre les "angoisses" des Français : "Elles portent sur le respect de nos frontières, la lutte déterminée contre les délocalisations, la maîtrise de l'immigration, la valorisation du travail, la sécurité", a-t-il dit.

LA DROITE AU BORD DE LA CRISE DE NERF

François Hollande devrait en revanche faire le plein des reports de voix de Jean-Luc Mélenchon et de l'écologiste Eva Joly, qui cumulent à eux deux 13% des voix.

"Il est relativement libéré de la contrainte des autres forces de gauche", estime Stéphane Rozès.

Selon une enquête de l'Ifop, il rallierait en outre un tiers de l'électorat du candidat du MoDem François Bayrou, qui est à moins de 10%, et près d'un tiers de celui de Marine Le Pen.

Son entourage se montre cependant prudent - "On a toutes les conditions pour obtenir une victoire mais entre les conditions et la victoire il y a une campagne."

Pour le directeur du centre de recherche de Sciences Po Paris (Cevipof), une victoire de François Hollande ne pourrait qu'annoncer une défaite de la droite aux législatives de juin.

"On ne voit pas la droite se redresser aux législatives, elle sera même peut-être écrasée", estime Pascal Perrineau. Ce qui est précisément le cauchemar des députés et dirigeants UMP.

D'autant que le Front national a annoncé une multiplication des triangulaires, en général défavorables à la droite, lors de ces prochaines élections.

Une défaite du président sortant suivie d'une déroute aux législatives ne manqueront pas d'ouvrir une période de troubles au sein d'une ex-majorité écartelée entre la droite de l'UMP et un centre tenté pour la énième fois de son histoire - jusqu'ici sans grand succès - de fonder une famille bien à lui.

François Bayrou, grand perdant du premier tour, a appelé à "construire d'urgence une force d'équilibre au centre".

"Les règlements de comptes au sein des appareils dirigeants de la droite n'ont pas cessé depuis 1995, ce qui laisse présager un avenir difficile pour la droite en cas de défaite", souligne Pascal Perrineau, qui prédit "une crise de nerf de la droite".

D'autant plus, dit-il, que celle-ci aura tout perdu en cinq ans : grandes villes, départements, régions, Sénat, Assemblée nationale, Matignon, Elysée ... "Une situation radicalement nouvelle sous la Ve République", souligne-t-il.

Avec Elizabeth Pineau et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6486201 le lundi 23 avr 2012 à 10:07

    Hollande le trouillard qui refuse 3 débats au nom de la tradition alors qu'il se dit le candidat du changement GROS C.ON

  • M1625665 le lundi 23 avr 2012 à 09:54

    l'asile se rapproche pour dan*mazo

  • M1625665 le lundi 23 avr 2012 à 09:54

    Hollande ne veut qu'un débat car c'est la tradition.Soit.Mais il se dit le candidat du changement.Encore une incohérence! Ou il a peur de Sarko? Cela promet quand il se retrouvera en face de Merkel ou d'OBAMa

  • M3786731 le lundi 23 avr 2012 à 09:50

    Vous voulez dégager Sarkozy ? Très bien, votez Hollande mais ne venez pas ensuite vous plaindre quand la situation sera encore pire et que les efforts à faire seront bien plus importants. La gauche avec tous les pouvoirs, comme cela n'a jamais été le cas, va se lacher encore plus qu'en 1981 et il n'y aura personne pour les contenir. Le pays est au bord du gouffre et, avec la gauche, nous allons faire un grand pas en avant... et une chute abyssale comme jamais !!!

  • 90342016 le lundi 23 avr 2012 à 09:07

    sarko peut dire tout ce qu il veux les gens ne le croie plus le roi des menteur et cuit bientot debarrasser de ce trist bonhomme

  • 90342016 le lundi 23 avr 2012 à 08:59

    tout sauf sarko vive marine

  • M8743521 le lundi 23 avr 2012 à 08:49

    la faillite se rapproche ..Hélas ! pour la France et l'Europe. Qui peut encore croire qu'on éteind un incendie en augmentant le combustible? Qu'en dépensant plus on réduit la dette? Les démagos continuent leur travail de destruction.

  • m.bouil4 le lundi 23 avr 2012 à 08:49

    Quand le FN est bas, c'est parceque SARKOZY a parlé le langage de l'extrême-droite. Quand le FN est haut, c'est pour la même raison... Par contre, que la droite perde parceque une partie des horribles électeurs de Marine Le Pen votent pour la gauche, alors ça, c'est normal ! Le FN est l'assurance vie du PS depuis 25 ans et les gogos ne s'en rendent même pas compte.

  • dan.mazo le lundi 23 avr 2012 à 08:33

    la taule se rapproche!

  • 90342016 le lundi 23 avr 2012 à 08:10

    merci censseur totalitaire