Nicolas Sarkozy : "Personne ne pourra réussir seul"

le
0
Dans une interview au Figaro, l'ancien président précise ses idées, tend la main à Alain Juppé et confirme qu'il y aura des primaires ouvertes.
Dans une interview au Figaro, l'ancien président précise ses idées, tend la main à Alain Juppé et confirme qu'il y aura des primaires ouvertes.

" En trente ans de vie politique, je n'avais jamais vu une telle exaspération, une telle méfiance, une telle colère. Jamais je n'avais vu la France aussi tendue, aussi à cran, aussi inquiète." Nicolas Sarkozy ne mâche pas ses mots. Dans l'interview qu'il accorde ce mercredi au Figaro, il dresse un constat implacable de la France qu'il a sillonné au cours de ses 19 meetings pour sa campagne pour la présidence de l'UMP. Lucide sur les divisions de sa famille politique, l'ancien président de la République se pose en rassembleur : "Mon premier défi si je gagne sera de réussir à rassembler la famille et à faire en sorte que la moindre différence entre ses membres ne se traduise pas aussitôt par un étalage de divisions que nous ne pouvons, en aucun cas, nous autoriser."Inévitablement, Sarkozy revient sur les sifflets qui ont couvert vendredi dernier à Bordeaux quelques passages du discours d'Alain Juppé : "ce n'est pas Alain Juppé qui a été sifflé, c'est ce qu'il a dit. Si j'avais dit la même chose, j'aurais été sifflé moi aussi." Et de marteler que pour les sympathisants de l'UMP, François Bayrou est la figure du traitre : " beaucoup - en Aquitaine peut-être plus qu'ailleurs - ont été ulcérés par le fait que François Bayrou se mobilise pour faire élire François Hollande puis utilise les voix de la droite pour devenir maire de Pau. L'hypocrisie et le mensonge sont de moins en moins tolérés, pas plus ceux de François Hollande que ceux de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant