Nicolas Sarkozy hausse le ton et demande à Gbagbo de partir

le
0
La tournure des événements et les premiers morts ont contraint le chef de l'Etat à sortir du bois. La dynamique diplomatique a également joué son rôle.

C'est un véritable ultimatum qu'a lancé vendredi Nicolas Sarkozy depuis Bruxelles à Laurent Gbagbo pour qu'il quitte son poste sans délai. Le président ivoirien, qui s'accroche au pouvoir malgré sa défaite à l'élection présidentielle du 28 novembre dernier, doit partir « avant la fin de la semaine » , a déclaré le président de la République. S'il persiste à se maintenir en place, Laurent Gbagbo et son épouse « seront nommément sur la liste des sanctions » préparées par l'Union européenne, a déclaré Nicolas Sarkozy d'un ton très ferme.

Une telle vigueur est inédite depuis le début de la crise. D'emblée, Nicolas Sarkozy a certes clairement pris partie pour Alassane Ouattara. Mais il a aussi évité de donner publiquement de la voix contre son adversaire. « Gbagbo a trop souvent montré qu'il pouvait prendre la France comme bouc émissaire de ses difficultés », expliquait-on récemment encore à l'Élysée pour justifier cette prudence. Paris ne « 1/4 /p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant