Nicolas Sarkozy et François Hollande, la poignée de main

le
1
VIDÉO - Le chef de l'État et le candidat socialiste se sont croisés quelques instants lors du dîner du Crif, au cours duquel Nicolas Sarkozy a appelé Israéliens et Palestiniens à prendre exemple sur le binôme franco-allemand.

Ambiance surchauffée mercredi soir au pavillon d'Armenonville, dans le bois de Boulogne. Le dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), est chaque année «the place to be ». Mais plus que jamais en année électorale. L'arrivée de François Hollande et de Nicolas Sarkozy a donné lieu à un chassé-croisé entre les deux futurs adversaires à laprésidentielle. Le chef de l'État est arrivé assez tard - le dernier, avec François Fillon et les parents de Gilad Shalit - pour ne pas croiser le candidat socialiste. Mais Hollande n'avait pas dit son dernier mot. En plein dîner, il s'est levé pour saluer les parents de l'ex-otage, puis s'est dirigé vers le président, tout sourire, pour lui serrer la main. «Ah, justement, je me demandais...», a lancé Sarkozy avant de se lever. Les deux hommes ont ensuite posé devant les photographes, aux côtés du président du Crif, Richard Prasquier. «Le dîner du Crif est un lieu de rassemblement, a lancü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 9 fév 2012 à 08:21

    JPi - Cette poignée de main c'est un pacte de non agression sur le problème des dépenses de l'état. Aucun des deux ne proposera de diminuer les dépenses. Et pourtant, sans le dire, ils savent l'un et l'autre, qu'ils y vont tout droit. Par contre, c'est à qui trouvera les plus beaux impôts et fera croire que c'est les riches qui payeront.