Nicolas Sarkozy et Alain Juppé vont se voir sur la crise à l'UMP

le
1
NICOLAS SARKOZY ET ALAIN JUPPÉ VONT DISCUTER DE LA CRISE À L'UMP
NICOLAS SARKOZY ET ALAIN JUPPÉ VONT DISCUTER DE LA CRISE À L'UMP

BORDEAUX (Reuters) - L'ancien Premier ministre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy sont convenus de se rencontrer pour évoquer la crise à l'UMP, a annoncé lundi le maire de Bordeaux.

Les deux hommes se sont entretenus par téléphone de l'avenir du principal parti d'opposition, confronté au scandale Bygmalion, un système présumé de fausses factures qui aurait permis de couvrir les dépassements des dépenses autorisées pendant la campagne présidentielle de 2012.

Alain Juppé a pris les rênes de l'UMP au sein d'un triumvirat composé également des anciens Premiers ministres François Fillon et Jean-Pierre Raffarin après la démission de son président Jean-François Copé.

"Nous nous sommes parlé. Nous avons décidé de nous voir pour aller plus loin", a-t-il dit lors d'un point de presse en marge du conseil municipal de Bordeaux.

Pour Alain Juppé, l'avenir du parti dont il fut un des fondateurs et le premier président est en jeu.

"Sauver l'UMP, ce n'est pas gagné. L'UMP est en danger, en danger financier et en danger politique. L'accumulation des scandales crée au milieu de nos militants et de nos sympathisants un climat tout à fait délétère", a-t-il dit.

"Donc il faut que nous réussissions ce que nous avons engagé, c'est-à-dire ce congrès du mois de novembre qui doit se dérouler dans des conditions de transparence maximum", a-t-il ajouté.

Il a dit attendre le résultat de l'audit qui devrait être rendu public d'ici une quinzaine de jours "pour savoir très exactement quelle est la situation, quelle est la trésorerie, quelles sont les dépenses et jusqu'à quand l'UMP peut continuer à fonctionner".

(Claude Canellas, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2473957 le lundi 23 juin 2014 à 22:32

    Cest vrai le gars qui a plombé les comptes est appelé au secours... On imagine leur solution... Accéder aux caisses publiques pour se blinder...