Nicolas Sarkozy est un problème pour la France, dit Valls

le , mis à jour à 14:18
0

POITIERS, 6 juin (Reuters) - L'ancien président Nicolas Sarkozy "est un problème" pour la France, a déclaré samedi le Premier ministre, Manuel Valls, devant le congrès du Parti socialiste, une semaine après celui qui a vu l'UMP changer de nom pour devenir "Les Républicains". L'ex-chef de l'Etat, qui ne cache pas sa volonté de prendre en 2017 sa revanche de l'élection présidentielle perdue de 2012, avait alors accusé la gauche au pouvoir d'avoir "abandonné" et "trahi" la République et d'être d'une "terrifiante médiocrité". "Par ses pratiques dans l'opposition, Nicolas Sarkozy est déjà un problème pour le pays", a contre-attaqué Manuel Valls dans son intervention au congrès du PS, censé ouvrir la voie à une candidature de François Hollande à un deuxième mandat. "Parce que nous sommes tout sauf laxistes", a-t-il poursuivi dans une allusion à une autre critique récurrente de la droite. "Je ne veux pas que Nicolas Sarkozy récidive, qu'il fasse à nouveau ce qu'il a fait à notre pays quand il était au pouvoir." "Et je ne veux pas qu'il continue d'ouvrir un peu plus la porte à cet ennemi redoutable qu'est l'extrême droite." Manuel Valls a à son tour accusé la droite de ne conserver que le "vernis" de la République et d'en oublier le sens. Il a aussi reproché aux dirigeants de l'ex-UMP d'avoir "privatisé" un "bien commun" en se rebaptisant "Les Républicains". "Derrière cette guerre du langage, ce trafic d'appellations, cette privatisation d'un bien commun, il y a une duperie", a-t-il ajouté. "Ce que cache le rhabillage de l'UMP, c'est un manque abyssal d'idées !" Il a dressé un bilan sévère de la droite au pouvoir sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy : "Dette, déficits, services publics abîmés, postes de policiers, gendarmes, soldats infirmières, enseignants supprimés, justice malmenée, délinquance en hausse, stigmatisation des étrangers !" "Alors, j'invite le chef de l'opposition à méditer sur le passé, avant que d'envisager l'avenir", a-t-il conclu. "Faire de la politique, c'est servir les autres et non pas régler des comptes personnels (...) C'est élever le débat et non pas plonger des deux pieds dans l'outrance et la hargne (...) C'est débattre, argumenter. Ce n'est pas vociférer ou insulter." (Emmanuel Jarry, édité par Yann le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant