Nicolas Sarkozy en pointe dans le conflit en Libye

le
0
Dépassée par les évènements en Tunisie, sans voix sur l'Égypte, la France a mené l'initiative pour aider le printemps libyen à renverser Mouammar Kadhafi.

Nicolas Sarkozy a qualifié jeudi la disparition de Mouammar Kadhafi d'«étape majeure dans la lutte menée depuis plus de huit mois par le peuple libyen pour se libérer d'un régime dictatorial et violent». C'est «une nouvelle page qui s'ouvre, celle de la réconciliation dans l'unité et la liberté», a ajouté le chef de l'État dans un communiqué.

De bout en bout, la France sera restée en pointe dans le conflit libyen. Gérard Longuet a d'ailleurs indiqué que l'aviation française était à l'origine de la capture de l'ex-dirigeant libyen. Avant même que l'Otan réagisse, le ministre de la Défense a expliqué que les avions français avaient stoppé la colonne de véhicules où se trouvait le colonel en fuite. Depuis le début des frappes en Libye, l'engagement français a visé à «protéger les populations civiles». Mais comme en Côte d'Ivoire (où Laurent Gbagbo a eu la vie sauve), le rôle de la France et de la coalition anti-Kadhafi qu'elle a cimentée, aura été

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant