Nicolas Sarkozy défend son remaniement

le
0
Le président de la République présente, mardi soir à la télévision, «la nouvelle étape» du quinquennat

«Tous les gouvernements com­mencent larges et finissent étroits.» Cette maxime d'un proche de Nicolas Sarkozy résume l'état d'esprit du «Château», au lendemain d'un week-end de remaniement au pas de charge. Pressé de faire vite et bien, Sarkozy a fait vite… mais il a cassé beaucoup de vaisselle centriste au passage. «Il a aussi réussi l'éradication de la famille libérale», se désole le président du groupe UMP au Sénat, Gérard Longuet, qui a décidé de boycotter les rendez-vous à l'Élysée.

L'Élysée voulait «rassembler toutes les familles de la droite». Au final, chacun, dans la majorité, a le sentiment que le chef de l'État s'est contenté de rassembler «la famille RPR». Un faux procès, estime son entourage. Pour le secrétaire général Claude Guéant, les départs médiatisés de Jean-Louis Borloo et d'Hervé Morin ne doivent pas faire oublier ces autres ministres centristes: «Michel Mercier est un vrai centriste, ancien trésorier de François Bayro

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant