Nicolas Sarkozy au "Figaro" : "Cette fois, fini de rire"

le
2
Nicolas Sarkozy s'estime victime d'un acharnement médiatique et judiciaire.
Nicolas Sarkozy s'estime victime d'un acharnement médiatique et judiciaire.

Trop, c'est trop ! Acculé de toute part, menacé par cinq affaires dans lesquelles il n'a jusqu'ici pas été mis en examen, Nicolas Sarkozy ne pouvait pas rester inerte. Après la contre-attaque de Me Thierry Herzog, son avocat, qui a demandé au procureur de Paris de rendre publics les documents prouvant sa bonne foi et porte plainte pour violation du secret de l'instruction, l'ancien président publie un long texte dans Le Figaro daté de vendredi 21 mars. Pas de prise de position politique, ni de programme, ni même les prémices d'un retour en politique, mais un plaidoyer pour s'indigner des moyens déployés contre lui et du sort qui lui est réservé."Rompre le silence" "Je crois qu'il est aujourd'hui de mon devoir de rompre ce silence. Si je le fais, c'est parce que des principes sacrés de notre République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent", écrit Nicolas Sarkozy dans cette tribune intitulée "Ce que je veux dire aux Français", publiée à trois jours du premier tour des municipales. Il est visé par une information judiciaire ouverte le 26 février par le parquet national financier pour trafic d'influence et violation du secret professionnel. Pendant plus de six mois, il a été mis sur écoute, dans le cadre de l'instruction sur un présumé financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. "Les juges entendent les discussions que j'ai avec les responsables politiques...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 21 mar 2014 à 08:46

    Comme Hollandouille devra répondre dans quelques années aux écoutes illégales commandées par l'Elysée !!!

  • M2299417 le vendredi 21 mar 2014 à 06:47

    Encore de l’esbroufe , on dirait poutine en miniature .. Vous répondrez Mr le Bâ tard de vos magouilles devant la justice , que cela vous plaise ou pas !