Nicolas, François, Jean-Luc et les autres

le
1
Du résultat de la primaire socialiste au premier tour de la présidentielle, chronique d'une campagne.

Au fait, quand a-t-elle commencé, cette campagne qui ne ressemble à aucune autre? Le dimanche 15 mai 2011, aux aurores, avec la nouvelle de l'arrestation aux États-Unis de Dominique Strauss-Kahn, le favori des sondages? Ou le 16 octobre, quand les socialistes ont fait de François Hollande leur champion? On choisira la proclamation des résultats de la primaire à gauche, le spectre de l'ancien patron du FMI ne hantant plus que les rubriques de faits divers. Nicolas Sarkozy tient enfin son futur adversaire, il ne va pas le lâcher. C'est parti pour plus de six mois de campagne. Une éternité, à l'aune de la Ve République, d'autant que les thèmes se sont succédé sans autre logique apparente que celle des sondages. Les candidats ont «zappé» d'un sujet à l'autre, jusqu'à donner le tournis aux électeurs: une moitié d'entre eux a changé d'avis en cours de route.

o PS-Verts: rien ne va plus

La primaire verte gagnée haut la main par Eva Joly en juillet, Europe Écolog

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chatnour le vendredi 20 avr 2012 à 23:59

    Se laisser prendre à "l'humain" d'un mec qui véhicule les idées d'une idéologie qui a fait près de 100 MILLIONS DE MORTS au nom de la même cause au cours de tout le XXème siècle ! REFLECHISSEZ BIEN, vous qui seriez tentés de voter pour lui, non parce que ce sont vos idées mais CONTRE SARKO : la France, qui n'est pas majoritairement de gauche, n'acceptera pas ses idées et ça finira comme en Russie en 1917 : les rouges contre les blancs donc, dans le sang et la guerre civile !